FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - La prévention dans les milieux festifs
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Confrontations and articulations //

La prévention dans les milieux festifs [fr]
16 January 2004

Cet atelier a essentiellement regroupé des professionnels nationaux et d’Europe du Sud. Cependant nous avons pu bénéficier d’apport d’informations sur les approches développées en Allemagne ; Angleterre,Ecosse, Italie...grâce à la présence du coordinateur du réseau BASICS qui regroupe une partie des associations d’auto-support européennes.



 

Il est à préciser que toutes les associations présentes bénéficient à titre divers de subvention régionale, nationale ou européenne émanant souvent des budgets consacrés à l’aide social ou à la santé.

Bien que nos pratiques soient parfois différentes (communautaire ou non , médicalisé ou non), Il ressort que les personnes présentes valident toutes l’intérêt qu’il y a à favoriser et développer une synergie entre professionnels et usagers de drogue afin de créér des outils pertinents de réduction des risques sexuelles et liés à l’usage de drogue.

Nous avons ainsi comparé differents type de flyers d’information et il est notoire que ce support doit s’adapter aux differents codes culturels des publics que nous rencontrons. Les couleurs devenant de plus en plus intenses quand on privilègie une action auprès du public des clubs.

Le TIPI quant à lui propose un chill out (espace de repos/détente) et intègre la confection de repas et le don de nourriture dans une dynamique de préservation de sa santé , d’alternative à la reprise de substances, de facteur d’échange et de relation avec le public cible.

Bien que notre public soit festif, nous ne les rencontrons pas tous dans les mêmes endroits et une des particularités française et de s’intéresser aux évènements illégaux (free party) qui existent peu ou pas chez nos voisins d’Europe du sud, ce qui, par ailleurs explique leur investissement plus important auprés des clubs.

Cependant, la législation concernant les free party française et l’élection d’un gouvernement de droite ont modifié la donne. Bien qu’actuellement, il soit difficile de déterminer qu’elle va être le nouveau cadre juridique concernant l’usage de stupéfiants en France, il est peu probable que l’on s’oriente vers un assouplissement des peines encourues ou vers la dépénalisation bien au contraire.( à ce sujet l’ex président de techno plus encoure une peine de prison de 5 à 10 ans pour avoir au travers de flyers informé via internet, les usagers des risques de certains mode de consommation.

De fait, il est rapidement apparu que le cadre législatif en vigueur était une donnée importante dans notre travail. Si pour une part des intervenants et du public, les français, pour la plupart il était central d’obtenir et de militer pour la dépénalisation de l’usage de drogue (Médecins Du Monde l’éxigeant dans sa charte) en parrallèle des actions menées sur le terrain. Pour nos amis espagnols ,notamment, cette dimension de la dépénalisation de l’usage semblait moins urgente,peut être car jusqu’à il y’a peu ,elle existait chez eux.

De façon identique, la pratique de la reconnaissance présomptive des produits ( testing) qui permet de façon rapide et simple de déterminer la présence ou pas de diverses molécules (mdma,Mda,mdea,amphétamine,2cb,dxm) dans les cachets vendus comme de l’ecstasy semble un outil incontournable et militant (son statut pénal est très flou)chez les tenant d’une position antiprohibitionniste forte.

Mais les autres associations ne l’utilisent pas pour faciliter leurs interventions en discothèque faisant preuve, il est vrai, de pragmatisme

Cet atelier avait avant tout vocation d’échanger sur nos pratiques respectives et de créer du lien afin de pourvoir dialoguer plus facilement par la suite.






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
- Médecins du monde (MDM)
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- HEALTH
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- WESTERN EUROPE
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN