FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Société, monde du travail et culture
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against merchandising processes //

Société, monde du travail et culture [fr]
29 December 2003

L’action culturelle a toujours été l’une des préoccupations majeures des comités d’entreprise en France ou des organismes d’éducation populaire et de culture, affiliés aux syndicats, ailleurs en Europe. Cela s’explique par le rôle que peuvent jouer les rencontres avec le monde de la culture et de la création artistique pour le développement de la citoyenneté, l’épanouissement et l’émancipation des salariés.

Ces dernières années, cette action est devenue plus difficile voire rendue impossible dans un certain nombre de cas.Les raisons tiennent pour partie aux bouleversements de grande ampleur qui affectent le monde de l’entreprise sous la pression des politiques néolibérales qui tentent d’orienter les évolutions sociales et culturelles. Le patronat a mis en place des dispositifs d’individualisation et de précarisation qui atomisent les salariés. L’objectif est de parvenir à capter la subjectivité des individus que requièrent les processus de travail aujourd’hui. Il tente ainsi de façonner une « culture d’entreprise », faite d’individualisme et d’utilitarisme, qui lui assure un certain contrôle des esprits et la mobilisation des intelligences et des capacités créatrices pour les finalités de l’entreprise capitaliste.

Le monde de la culture et de la création n’échappe pas à la pression de la logique libérale puisqu’il se voit de plus en plus soumis aux critères de rentabilité. La marchandisation de la culture et de l’art tend à développer une production culturelle de distraction qui favorise le rapport consumériste.

La question de la rencontre entre un public populaire et une création artistique exigeante s’en trouve affaiblie et diluée.Cette situation pose en termes renouvelés la question culturelle. Elle devient une question essentielle pour la libération des individus et l’ouverture de perspectives sociales et politiques alternatives.



 

Les luttes des salariés et des artistes peuvent offrir un terrain de résistances et de constructions nouvelles. Pour ce faire, il s’agit de mieux lier la critique sociale et la critique culturelle (ou artiste comme ont pu la définir des sociologues) qui convergent toutes deux. Les possibilités d’une telle rencontre existent d’ores et déjà dans l’acte de travail qui est à la source des pratiques professionnelles et artistiques, dans l’attente de la valorisation des personnes et de leur intervention qu’il nécessite, dans l’exigence de responsabilisation et de créativité qu’il porte désormais. Ses dimensions rapprochent le monde de l’entreprise et le monde de la création. Pour autant, la critique politique et la critique artistique doivent, à certains égards, conserver leurs spécificités : par exemple, la lutte des artistes passe aussi par leurs œuvres qui doivent rester dérangeantes pour l’ordre existant. Il faut donc accepter cette différence et cette complémentarité. Cela n’exclut pas l’engagement politique des artistes, bien au contraire.

La relation entre le public et la création pose la question des modes d’appropriation de la culture qu’il faut mettre en œuvre. Dans cette optique, l’activité des comités d’entreprise reste primordiale pour favoriser cette rencontre et offrir un espace collectif de respiration pour les salariés (casser l’atomisation du monde de l’entreprise). Cela suppose de favoriser l’échange et la mutualisation des moyens entre les salariés des entreprises disposant de comité d’entreprise et ceux n’en disposant pas, d’agir dans une plus grande transversalité et en ouverture sur l’espace de la cité.

Les propositions qui peuvent être avancées sont de plusieurs ordres :

1° Prise en compte dans les politiques publiques de l’action culturelle des comités d’entreprise en faveur des salariés et de leurs familles:

- Dégager de nouveaux moyens budgétaires publics à l’échelle nationale et européenne ;
- Ouvrir la possibilité de partenariats entre équipements culturels publics et les comités d’entreprises ou équivalents.

2° Dégager des moyens dans les entreprises pour favoriser de nouvelles rencontres entre les salariés et les créations artistiques:

- Doter les comités d’entreprise ou équivalents de moyens financiers pour l’action culturelle, favoriser le développement de la formation culturelle des salariés, promouvoir la présence de rencontres scientifiques et artistiques dans les entreprises ;
- Ouvrir la possibilité de mettre en place des résidences d’auteurs et d’artistes dans les entreprises.

3° De nouveaux droits doivent être promus pour les salariés en matière culturelle :

- Promouvoir, à l’échelle nationale et européenne, l’indivisibilité des droits sociaux et culturels pour chaque salarié ;
- Droit d’expertise culturelle, droit d’intervention et de contrôle face au mécénat, obligation d’engagement durable ;
- Droits et moyens de coopération entre les C E de différentes entreprises, entre les salariés dotés de CE et ceux qui en sont dépourvus.


De profonds bouleversements se sont opérés dans le monde du travail. Les possibilités existent pour qu’il devienne un lieu d’initiative et de responsabilité, d’autonomie et de créativité, un espace de construction de soi et de transformation sociale maîtrisée. Un lieu de libération et non d’aliénation.

Mais sous les coups de boutoirs des politiques néolibérales, le chômage, la précarité et la flexibilité sont devenus le lot du plus grand nombre. Le travail a évolué dans ses formes et ses contenus sans que disparaissent les dominations aliénantes dont les salarié(e) s sont l’objet. Le monde de la culture n’est pas épargné. Les logiques marchandes ont gagné du terrain. Elles mettent en péril les fragiles processus de la création.

La place prise par les produits issus des industries du divertissement est une des plus symptomatique conséquence. Le formatage de l’imaginaire a étendu un peu plus ses ravages. La stérilisation de toute pensée porteuse d’une alternative est devenue plus menaçante.Aujourd’hui, agir pour l’émancipation humaine, en changeant le travail et transformant la société, exige de relever des défis inédits. Chaque femme et chaque homme sont appelés à y tenir un rôle singulier qui s’appuie sur le libre développement de toutes leurs capacités créatrices.

C’est pourquoi la rencontre et le développement de nouveaux échanges créatifs entre le monde du travail, les arts et la culture n’ont jamais été d’une aussi urgente actualité. Il en va de la capacité de la société toute entière à s’inventer un nouvel avenir.Partout en Europe, de par leur histoire et leurs expériences, les collectifs du monde du travail ont vocation à penser à frais nouveaux les termes de cette rencontre. Et dans créer les conditions. Ce peut et doit être une de leur contribution à la construction d’un autre monde.

Prise en compte dans les politiques publiques du soutien à l’essor culturel du monde du travail et de sa créativité :

PROPOSITIONS ALTERNATIVES

- Dégager des moyens budgétaires,
- Ouvrir la possibilité de partenariats entre équipements culturels publics et les CE. Dégager des moyens dans les entreprises pour favoriser de nouvelles rencontres entre les salariés et les créations artistiques.
- Renforcement des moyens financiers, du développement de la formation culturelle, de la présence de rencontres scientifiques et artistiques
- Ouvrir la possibilité de mettre en place des résidences d’auteurs et d’artistes.De nouveaux droits doivent être promus pour les salariés en matière culturelle :
- Droit d’expertise culturelle, droit d’intervention et de contrôle face au mécénat, obligation d’engagement durable.
- Droits et moyens de coopération entre les CE de différentes entreprises, entre les salariés dotés de CE et ceux qui en sont dépourvus.

MISE EN OEUVRE

Les deuxièmes rencontres européennes "travail, culture, syndicalisme" : les 12 et 13 juin 2004, à Lille. Le thème des débats portera sur l’apport des cultures de l’immigration dans la constitution des cultures ouvrières, professionnelles et syndicales.






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
- Caisse Centrale d’Activités Sociales du Personnel des Industries Electrique et Gazière
- CCAS
- CCE Air France
- CE CNAV
- CE Renault Guyancourt
- CRE RATP
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- UNIONS
- LABOUR
- CULTURE
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
No key-word for this doc
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN