FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Droit des peuples et pluralisme culturel : la question du Sahara occidental
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Confrontations and articulations //

Droit des peuples et pluralisme culturel : la question du Sahara occidental [fr]
3 January 2004

 

Le Front Polisario a été créé le 10 mai 1973. Il a lutté contre le colonialisme espagnol avant d’être confronté aux prétentions marocaines.

Par les accords de Madrid, signés en novembre 1975, l’Espagne transfère au Maroc et à la Mauritanie des pouvoirs administratifs sur les territoireq qu’elle a occupés depuis 1884. Ces accords consacrent un partage de richesses entre 2 pays qui les convoitent. Défendre le droit du Peuple Sahraoui, c’est lutter contre la mondialisation capitaliste. La lutte des peuples rejoint le combat altermondialiste. Le conflit qui oppose le Front Polisario et le Maroc sur la question du devenir du territoire de l’ex-Sahara Espagnol est sans équivoque sur le plan juridique : l’occupation de ce territoire par le Maroc constitue une violation du droit à l’autodétermination des peuples. Le recours à la force par ces derniers ainsi spoliés est légitime au regard du droit international. Par ailleurs, les conflits entre une métropole et sa colonie ne sont pas considérés comme des problèmes intérieurs, mais comme des questions d’ordre international.

Entre la situation des Sahraouis et celle des Palestiniens, il est légitime d’établir un parallèle dans la mesure où il s’agit de violations de même nature.

La Mauritanie s’étant retirée du conflit, le Maroc entreprend à travers le territoire, au début des années 1980, la construction d’un mur destiné à protéger ce qu’il estime utile pour lui. En 1988, le Maroc et le Front Polisario acceptent le principe d’un cessez-le-feu devant aboutir à une autodétermination sur la base du recensement espagnol de 1974. En avril 1991, le Conseil de Sécurité créé la MINURSO (Mission des Nations Unies pour l’Organisation d’un Référendum au Sahara Occidental) et le plan de règlement semble enfin en marche. Mais la perspective de la tenue d’un référendum s’éloigne. En 1997, un processus de négociations directes est mis en place sous l’égide de l’ONU avec James Baker. Les accords de Huston, en septembre 1997, permettent de définir le code de conduite à observer par les 2 parties pour la tenue d’un référendum. Le PAM et l’UNHCR préparent le retour de réfugiés Sahraouis. En juillet 2003, l’ONU décide de mettre en œuvre le second plan Baker...

Le Maroc pratique une politique de blocage et d’obstruction qui empêche le processus de se dérouler. Des pays influents, dont notamment le France, encouragent ce comportement.

La persistance depuis 1975 de ce conflit de décolonisation, le plus ancien après ceux de Chypre et de la Palestine, met en lumière l’immobilisme des Nations-Unies.

L’exploitation des ressources naturelles (pêche, phosphates) du Sahara Occidental par le Maroc est illégale et ce pays exerce une forte répression dans les zones qu’il occupe.

Les Sahraouis, comme les Erythréens, ont été capables d’organiser leur Etat dès leur séjour dans les camps de réfugiés. Mais les instances internationales voudraient que les Sahraouis ne soient pas des partenaires, qu’ils se contentent de dire merci à l’aide. Alors, on les accuse de la détourner ... Par contre, on tolère les occupants qui ont un protecteur influent. Pour le Maroc, c’est la France (c’est-à-dire le gouvernement français). Pour Israël, ce sont les Etats-Unis.

Dans ce contexte, beaucoup de ceux qui soutiennent la cause du Peuple Sahraoui craignent que celle-ci ne devienne qu’une note en bas de page du mouvement anti-mondialisation. Le risque de marginalisation vient de ce que les Sahraouis ont fait confiance à l’ONU et à la communauté internationale et ont décidé de ne plus mener de lutte armée, s’exposant ainsi à donner à penser qu’ils n’ont plus envie de se battre. Il tient aussi au fait que c’est une cause qui divise et que l’ONU ne se donne pas les moyens de faire appliquer ses résolutions.

PROPOSITIONS D’ALTERNATIVES

Un jour, à l’image de ce qui se passe en Europe, il pourra y avoir un rapprochement entre les peuples du Nord de l’Afrique, mais cela suppose que ces peuples soient d’abord reconnus dans leur existence et dans leurs droits, à commencer par le droit à la parole et à l’autodétermination.

La nature internationale des conflits coloniaux impose aux Etats et aux Nations Unies le devoir de soutenir les peuples colonisés comme l’est encore le Peuple Sahraoui ; il ne s’agit en aucun cas d’ingérence.

Les pays tiers doivent s’abstenir de signer des contrats qui peuvent favoriser l’exploitation, voire le pillage illicite des ressources. En signant avec le Maroc des accords de pêche, l’Union Européenne se rend co-responsable de cette exploitation illicite. A ce titre, s’ils accèdent à l’indépendance, les Sahraouis pourront lui réclamer des compensations.

Le dernier Plan Baker, élaboré à la demande des Nations Unies, prévoit une période d’autonomie de 4 à 5 années du Sahara Occidental à l’intérieur du Maroc, suivie d’un référendum, auquel les Marocains résidant dans le territoire pourraient prendre part. Il appartient aux Nations Unies d’amener le Maroc à se soumettre au droit et à la volonté internationale.

MISE EN ŒUVRE DES ALTERNATIVES

En acceptant le plan Baker malgré les risques qu’il comporte, le Front Polisario a fait des concessions majeures, par générosité, pour la paix et dans un esprit de réconciliation. Le Maroc l’a refusé.

Au Maroc, la population est opprimée depuis 40 ans par un régime qui cherche les moyens de perdurer. Il n’y a jamais eu unanimité sur le Sahara. Des voix dissonantes se font actuellement entendre dans la société civile, à travers certains journaux au-moins, pour dire qu’il faut qu’il y ait débat. Les Sahraouis et ceux qui les soutiennent ont toujours pris soin de faire la distinction entre peuple marocain et régime.

Dans les pays européens, de nombreuses organisations, telles que War on Want au Royaume-Uni, OXFAM en Belgique continuent d’apporter au Peuple Sahraoui un soutien sans faille dans sa lutte pour faire respecter ses droits fondamentaux. La campagne sur les disparus doit s’amplifier.

Les démocrates européens se mobilisent pour faire mieux connaître aux opinions publiques la réalité du conflit du Sahara Occidental lors des grandes manifestations internationales : à Porto Alegre, ils n’étaient qu’une quinzaine à en parler...

On se prépare à accueillir à Paris et en région parisienne les 5, 6 et 7 décembre prochain, la 29ème conférence européenne de solidarité avec le Peuple Sahraoui, aux côtés duquel un combat a été engagé, qui doit être mené jusqu’au bout, dans la durée, avec toutes les organisations qui se sont engagées à les soutenir.






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- PEOPLES RIGHTS
- CONFLICT
- HISTORY
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- MOROCCO
- WESTERN SAHARA
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN