FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Quelle contre-offensive à la montée des extrêmes-droites et du populisme en Europe ?
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Confrontations and articulations //

Quelle contre-offensive à la montée des extrêmes-droites et du populisme en Europe ? [fr]
3 January 2008

Les conséquences destructrices des politiques économiques néo-libérales déstabilisent fortement la vie de millions de nos concitoyens. La crise politique et économique que traversent les Etats européens poussent certains d’entre eux à voter pour des partis d’extrême droite ou populistes. Autre facteur aggravant, les organisations de gauche ne semblent pas toujours conscientes des risques que représente l’extrême droite. Le manque de solutions politique à la crise économique laisse l’extrême droite se présenter comme une alternative crédible.



 

Plus gravement, l’influence de l’extrême droite dépasse les frontières des groupes fascistes traditionnels. L’idéologie, les discours et les pratiques contaminent fortement les partis institutionnels. La banalisation des thèmes et slogans de l’extrême droite se trouve renforcée par les tactiques de respectabilité des partis extrémistes Sverigedemokraterna (Démocrates de suède) en Suède, Legue Nord (Ligue du Nord) en Italie.Dans de nombreux pays, l’extrême droite est devenue un élément incontournable de la vie politique, en jouant le jeu de la démocratie parlementaire, elle noue des alliances, elle fait et défait les majorités ; elle est devenue incontournable. Dans plusieurs pays (Italie, Autriche, Pologne, France) des dirigeants fascistes se sont retrouvés aux affaires.

Ses moyens idéologiques et politiques

Le discours de la droite réactionnaire et populiste s’est développé en réaction à la culture démocratique. Par exemple l’extrême droite grecque est parvenue à s’implanter durablement dans la vie politique grâce à des réseaux intellectuels structurés. Les extrêmes droites et populistes ordonnent leurs discours autour de thématiques racistes xénophobes et antisémites. Au-delà de ces idées communes elles se retrouvent aussi, selon les réalités nationales, autour de thèmes locaux. Leur discours peut être, soit ultra-religieux et prôner un ordre moral fort comme en Pologne, soit local et exploiter les particularismes culturels comme en Italie(Lega d’U.Bossi ).

On remarque aussi l’émergence d’un discours critique vis-à-vis de la construction européenne, elle trouve ainsi une résonance européenne en développant de nombreuses convergences autour des thèmes de l’opposition anti-libérale à l’Europe et de l’antiaméricanisme. Elle critique aussi les conséquences de la politique néo-libérale en stigmatisant le multiculturalisme et l’internationalisme. Le plus souvent ils disposent de médias, plus ou moins influents. Par exemple en Pologne l’extrême droite religieuse finance des journaux, une radio et veut s’équiper d’une chaîne satellite.

Dans les vingt dernières années certains partis sont devenus des partis de masse (20% d’électeurs pour le Front National de J.M. Le Pen) et se présentent régulièrement aux échéances électorales. On remarque une tendance à l’unification des courants d’extrême droite. Ceux-ci entendent dépasser l’image sulfureuse qu’ils portent parfois (passé fasciste ou collaborateur des membres, implications diverses dans des affaires de corruption ou des meurtres). Ces mouvements se dotent d’une façade démocratique Sverigedemokraterna (Démocrates de suède) ou Forza Italia (en Italie). Toutefois quelques petits groupuscules extra-parlementaires radicaux ouvertement néo-nazis subsistent ( Fiamma ticolore en Italie, skinheads en suède etc.).

Quelle riposte ?

Au-delà de la nécessité de réaffirmer nos valeurs nous devons combattre la banalisation des idées d’extrême droite. Nous devons dénoncer les alliances. Il s’agit d’investir le terrain en allant à la rencontre de ceux qui souffrent des conséquences des politiques ultra-libérales. Nous devons déconstruire le discours de l’extrême droite sur tous les sujets qu’elle investit. Nous devons analyser et faire connaître notre point de vue sur ces partis. Il est nécessaire de créer des réseaux d’associations, de syndicats et de partis prêts à collaborer à l’échelle européenne afin d’élaborer une riposte construite à l’extrême droite.

La riposte doit permettre une reconquête de l’outil politique. La gauche doit prendre ses responsabilités et inventer un projet de société qui redonne espoir aux millions d’européens déboussolés par la crise économique et sociale que traversent nos sociétés. Le FSE fait partie de cette reconquête démocratique.






 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- DEMOCRACY
- FAR RIGHT
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPE
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN