FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Une utopie à vivre ici et maintenant
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Confrontations and articulations //

Une utopie à vivre ici et maintenant [fr]
1 January 2004

 

Principaux thèmes du débat

Quelques proses lues d’une affiche « Manifeste pour l’Utopie » [publiée dans le zine “Etablir l’Equité“] pour expliquer que l’enjeu de l’Utopie est simple : passer du système institutionnel (hiérarchie, dogmes, lois, répression, contrôle,…) à l’Humain qui auto-fabrique sa noblesse d’Humanité et vivre en bonne intelligence avec autrui ; fédération fluides et modulables, dans le spontané des énergies bâtisseuses d’un devenir meilleur ; l’Idéal débute dans le cœur et vu la diversité, il y a mille modèles de société “à visage humain“ ; la dynamique très rationnelle d’humanisation spirituelle (fondée sur des valeurs de liberté, d’amour, de justice,…) est le nécessaire grand Mouvement de conscientisation pour que s’expriment la liberté et la volonté créatrice (imagination, audace, dépassement, désobéissance civile).

Cette crise de civilisation se matérialise par la déshumanisation et la débâcle morale envers les idoles (la soif d’argent, de puissance, d’ordre, de lois, de statues, de croix rédemptrice,… ) et appelle en contraste un besoin de valeurs, de sens à vivre. Pour créer un beau pain (être de bien et de renouveau constant, avec ou sans la foi) dans les faits, il faut nécessairement un changement des mentalités. Aussi, il y a une recherche d’une spiritualité individuelle et libre, hors de toute institution, qui exclut le prêt-à-penser.

L’alternative proposée pose comme condition juste : que soit accordée la liberté de choix de vie, sans rien imposer, dans des espaces de liberté car le patrimoine terrestre appartient à tous les hommes. Laisser faire ceux qui désirent vivre sous une forme dite “démocratique“ (la dictature d’un groupe représentant les autres) et ceux qui désirent vivre sans emprise de pouvoirs au-dessus d’eux, sous une forme fraternelle évolutive en expérimentant divers modèles à « visage humain », en commençant le changement qu’on veut voir par soi-même …

A la comparaison des initiatives multiples, on pourra évaluer ce qui est le plus intéressant pour voir ce qui est le plus efficace à l’évolution de l’homme et « qu’est-ce qui utile et peut donner le bonheur général, ici et maintenant ? » On a évoqué des expériences à petite et grande échelle : les kibboutzim, l’Espagne de 1936, un village en Afrique, des groupes dans le Jura français, l’Argentine, Copenhague, etc.

Le vécu d’autogestion permet de découvrir ce qu’est la vie spirituelle libre et libératrice : mettre en action les valeurs du cœur comme force d’idées pratiques, comme force sociale du changement radical de l’homme et de la société. C’est démonstratif dans l’autogestion actuellement vécue par des travailleurs argentins qui, depuis deux ans font tourner 160 usines de fabrique de carrelages en générant tout autour d’eux une solidarité (aide médical, population qui soutien, ingénieurs techniques, mise à disposition de l’argile,…).

Ils ont pu réduire les cadences sans mettre en péril la production, relever les salaires de façon égalitaire, réembaucher, abaisser le coût des produits pour les rendre accessibles aux moins fortunés. Nous comprenons que dès l’instant où l’individu est concerné au lieu d’être infantilisé car « on le fait pour soi », la merveille se produit : pas besoin de pouvoir, développement de l’entraide et indépendance de tous, auto-détermination et auto-responsabilité qui conduit aux efforts pour vivre dans une société anarchique (étymologie : absence de chef) tout en maîtrisant individuellement une auto-création intérieure constante et exemplaire, qui impulse la créativité d’actions contributives du Bonheur collectif.

D’où le travail change de but : redonner la place à l’Humain d’abord, qui transforme vers plus de bien-être à tous les niveaux, pour rendre service, pour mieux connaître le monde au lieu d’un travail destiné à produire dans un rapport homme-état. La seule issue pour prévenir de la catastrophe matérielle qui arrive est simple : que l’homme change son cœur, c’est cela être spirituel !

Propositions d’alternatives : « quoi faire » ?

L’effondrement global dans quoi glissent les systèmes étatiques partout (la Russie et l’Argentine en ont déjà subi le choc) : France, Allemagne, Italie, Espagne,… sont dans le rouge vif de la récession galopante, va nous offrir des occasions de reprise en main de la vie.

Cette Xième crise économique mondiale (avec un crack général au bout) que nous traversons s’adosse une crise morale sans précédent (perte de confiance liée aux échecs, aux faillites d’entreprises, aux tromperies, à l’hypocrisie, à la médiocrité, à l’injustice qui perdure alors que le XXIème siècle est riche,… ) et cela se répercute dans tous les domaines de la vie: professionnel, social, familial,... et se tradui(ra)t de plus en plus en actes contre le système qui scandalise.

Des brèches se font jour : amorcer un partage des richesses Nord-Sud (à l’intérieur et à l’extérieur des pays), assumer la reprise en main d’entreprises qui seront déclarées en faillites pour raisons de bidouillage d’intérêts particuliers (en Belgique, toute la sidérurgie, les chemins de fer, la poste,… vont être restructurés c-à-d mis en disfonctionnement progressif), développer partout l’humanisation des entreprises, se fixer une honnête limite dans la jouissance des choses, viser à la qualité en tout (gestion réfléchie des ressources et instaurer de nouveaux rapports fondés sur le Fond Humain), partager les connaissances et les savoir-faire, libérer la communication entre les hommes (voyage, téléphone, etc.), etc. Soit, voir tout ce qui peut réaliser une communauté à visage humain.

Mise en œuvre des alternatives

Pour interpeller publiquement et mettre en art avec la beauté créatrice les diverses suggestions aptes à établir dans les faits des modèles de société à visage humain, pour donner un signal du changement en cours dans la sagesse populaire : lancer partout une festivité de rue, le même jour dans les capitales européennes, par exemple, porteur de messages d’espoir et d’appels à l’émancipations sur base du Fond Humain: le « carnaval social ».

Projet en cours pour fraterniser vers une meilleure société à partir d’une pluralité. (contactez « Vent dans les steppes »/email sur le site ou à la boîte postale, pour en savoir plus, en disant ce que vous apportez comme idées, réflexions, ce que vous pouvez faire, ce que vous savez mettre en œuvre, etc.)

Mise en relation et diffusion par la presse alternative : radios, journaux écrits et site sur internet. Transmission des/participation à la construction des savoirs : camps des savoirs, les « sels », les universités libres, encyclopédie par/pour les gens, groupe d’achat commun de nourriture saine et qualitative, collaboration avec les paysans gardien de la terre, points de rencontre hors de l’esprit de système (café d’humanité), …

Création d’une boîte à projets pour lancer/améliorer des entreprises selon une nouvelle conception du travail humanisé et recherche de faisabilité, encouragement à démultiplier les expériences, publication des résultats (ce qu’on en reçoit individuellement et le mieux apporté à la collectivité dans une optique globale) ; rassemblement et recherche des forces co-créatrices parentes à partir d’un point commun (dépassement des clivages) pour que le monde change vraiment, ici et maintenant. Etc.






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
- Le vent dans les steppes
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
No key-word for this doc
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
No key-word for this doc
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN