FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Sans-papiers : contre une nouvelle gestion de la main d’oeuvre, régularisation pour tous
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against racism, xenophobia and exclusion //

Sans-papiers : contre une nouvelle gestion de la main d’oeuvre, régularisation pour tous [fr]
8 December 2003

 

ETAT DES LIEUX DES POLITIQUES D’IMMIGRATION ET D’EMPLOI ET CENTRALITE DE LA LUTTE DES SANS-PAPIERS EN EUROPE

Il co-existe en Europe des traditions et des situations fort diverses en matière d’immigration. Si l’Union Européenne a été capable de forger des politiques communes de contrôle et de fermeture des frontières, qui d’ailleurs n’arrêtent en rien les tentatives de pénétrer sur le Continent, Sans-Papiers et organisations de soutien doivent encore apprendre à coordonner leurs efforts afin de constituer un véritable mouvement européen.

Les textes législatifs en vigueur ou en préparation de l’Union Européenne révèlent la mise en œuvre d’une politique sciemment menée de précarisation des plus faibles et des sans papiers qui sont renvoyés dans la clandestinité et la précarité par la dérégulation (y compris sanitaire) de secteurs entiers, prélude à la « flexibilité » pour tous et à la « globalisation du prolétariat ».

On assiste à la transformation de politiques d’ « immigration de travail » en des politiques esclavagistes de « main d’œuvre Kleenex » (notamment, cultures maraîchères en Espagne du sud). Les mouvements syndicaux doivent en prendre conscience si l’on veut éviter le retour d’un danger fasciste en Europe, alimenté par la transformation de l’immigration en bouc émissaire de tous les maux sociaux : chômage, insécurité, femmes battues, délinquance, terrorisme ...

Les migrantes, victimes de violences sexuelles, assignées à l’économie souterraine (notamment les travaux domestiques), dépourvues du droit à un statut personnel, sont poussées vers les mariages blancs ou la prostitution et doivent, comme en Suisse, recourir à la grève pour démontrer leur utilité sociale. Les femmes doivent pouvoir se libérer du patriarcat et disposer aussi de leur espace propre.

L’Europe connaît deux niveaux de droits attachés à la nationalité et à la résidence régulière, les sans papiers étant par définition « sans droits », même s’ils paient des impôts, comme au Portugal. Seules la « citoyenneté de résidence », l’égalité des droits et la lutte contre les discriminations (légales aussi bien qu’ illégales) permettraient de redresser la situation.

Les occupations d’églises et grèves de la faim de sans papiers en Catalogne (Espagne) entamées en 2001 ont abouti à la régularisation de plus de 2000 personnes. Les sans papiers ont gardé leur autonomie par rapport aux soutiens syndicaux et associatifs.

Ce contexte, qui met en évidence la centralité des Sans-Papiers, appelle :
- l’autonomie de leur mouvement mais la convergence des intérêts communs et des luttes,
- le passage d’une relation - trop souvent marquée par des attitudes « paternalistes » et/ou « colonialistes » des soutiens - à une relation d’égal à égal,
- le passage à une phase de « radicalité » (non violente), face au progrès d’un « nouvel ordre raciste » du monde.

PROPOSITIONS D’ALTERNATIVES

- Coordination, au niveau européen, des luttes contre les politiques Européennes d’immigration,

- Passage d’une stratégie « défensive » à une stratégie « offensive »,

- Passage à une résistance active, organisée, transversale et autonome,

- Exigence du droit à la citoyenneté pour les Rroms,

- Désobéissance civile contre le « délit de solidarité » ( aide aux sans papiers),

- Livre noir de la précarisation globale,

- Sensibilisation de l’opinion publique au fait que les Sans-Papiers sont « victimes » (avec les autres travailleurs) et non « coupables » de la précarisation globale, afin de modifier le « rapport de force » politique,

- Sensibilisation des acteurs sociaux au fait que la précarisation d’une catégorie sociale nuit à tous,

Adoption à l’échelle européenne de six axes revendicatifs majeurs :

- Régularisation globale de tous les sans papiers sans critères ni conditions

- Fermeture immédiate des centres d’enfermement des étrangers dans tous les pays européens

- Abrogation de l’accord raciste de Schengen

- Liberté de circulation et d’installation

- Reconnaissance d’une citoyenneté de résidence pour tous

- Respect d’un vrai droit d’asile dans tous les pays d’Europe

MISE EN ŒUVRE DES ALTERNATIVES

- Organisation d’une journée européenne de lutte pour la régularisation de tous les sans-papiers et pour la fermeture des centres d’enfermement des étrangers le 31 janvier 2004,

- Proposition au FSE de décider immédiatement d’organiser un FSE thématique sur l’immigration et les sans papiers,

- Manifestation Européenne en mars 2004(mois symbolique en France parce que le mouvement des sans-papiers a débuté en ce mois avec l’occupation de l’église de Saint Ambroise le 18 mars 1996)

- Que les sans-papiers ouvrent la manifestation du samedi 15 novembre en tant que les plus précaires parmi les précaires.

- Création d’une liste de distribution électronique ( les adresses recueillies seront distribuées à tous les inscrits et au delà, dès qu’elles auront pû être saisies) en vue de faciliter la création d’un réseau.






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
- HETIER Bernadette
>> All the speakers


THEMES
- HUMAN RIGHTS
- ASYLUM RIGHT
- UNDOCUMENTED MIGRANTS
- MIGRATION POLICY
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPE
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN