FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Migrations et travail : accès aux droits sociaux, main d’oeuvre, délocalisations sur place en Europe, égalité des droits
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against racism, xenophobia and exclusion //

Migrations et travail : accès aux droits sociaux, main d’oeuvre, délocalisations sur place en Europe, égalité des droits [fr]
1 December 2003

 

La relation historique entre immigration et travail conduit à plusieurs réflexions.

Le contexte européen de fermeture des frontières - et son cortège de dispositions afin de prétendument lutter contre l’immigration clandestine - est confronté à des discours sur les besoins économiques de la vieille Europe.

Répondre à des besoins économiques, telle serait la fonction première de l’immigration. On ne peut que dénoncer cette approche utilitariste de l’immigration consistant à ne voir dans l’étranger qu’un corps laborieux. Cette approche comporte des risques importants pour les personnes concernées, dans leur choix de vie. Subordonner la venue d’étrangers au gré de la situation économique et de déficits de main d’œuvre revient à admettre la possibilité de les refouler si la conjoncture change. C’est donc limiter le séjour à des périodes déterminées et multiplier les titres précaires donnant très peu de droits sociaux. L’approche utilitariste annonce aussi le recours aux quotas consistant à définir à l’avance le nombre de migrants utiles à l’économie et conséquemment à mettre en place une sélection (sur la base de quels critères ? La couleur ? les diplômes ?).

Indépendamment même de ces risques, l’idée même de lier la venue d’étrangers à la conjoncture est à bannir : elle nie l’individu, ses envies, sa dignité tout simplement en le considérant comme une marchandise.

Il est dès lors primordial de promouvoir une autre politique qui ne soit pas celle du rejet et de la sélection, mais de l’égalité des droits (droits sociaux évidemment, mais aussi droits attachés à l’idée de citoyenneté). Il ne peut y avoir de liberté, et en particulier celle de circuler et de s’établir, sans égalité, sans chasser toutes les discriminations qu’elles soient le fait des pratiques ou de la loi. En amont, et dans l’urgence, il faut se battre pour mettre un terme à la situation des sans papiers en Europe, favorisant ce que l’on appelle « une délocalisation sur place » : faire travailler des personnes dans des conditions de travail déplorables, hors la loi, en profitant de la vulnérabilité de ceux qui ne sont pas autorisés à exercer une activité professionnelle.

Au bout du compte, associations, syndicats et tous ceux et celles qui refusent la logique du « tout libéral » doivent s’organiser pour qu’une Europe de la ségrégation ne prospère plus et ne se divise entre :
-  d’une part les ressortissants communautaires pour lesquels l’égalité des droits est reconnue ;
-  d’autre part les autres - nommés « ressortissants de pays tiers » pour mieux montrer leur non-appartenance à cette communauté politique - pour lesquels, au contraire, elle n’est pas consacrée, sans compter d’immenses différences selon le statut que les Etats ont bien voulu leur concéder.

Propositions

-  remettre en cause la politique actuelle de fermeture des frontières et son obsession de la clandestinité au niveau européen et des Etats membres, et dénoncer dans le même temps ses effets néfastes et attentatoires aux droits des individus (prise de risques insensés pour partir, image négative de l’autre présenté comme un fraudeur...) ;
-  promouvoir une politique juste et respectueuse des droits et libertés de tous et ainsi garantir :
- l’égalité des droits à tous les résidents étrangers
- la liberté de circulation, par la suppression des visas, et d’installation ;
- le droit de rester, ce qui implique d’être protégé de l’éloignement forcé ;
- la lutte effective contre les discriminations ;
-  la suppression de la dette des pays pauvres.

Mise en œuvre

-  investir les espaces décisionnels au niveau de l’Union européenne et continuer à promouvoir l’idée d’une autre politique au niveau national sur la base d’un argumentaire ;
-  continuer le travail initié par les organisations syndicales et la confédération européenne des syndicats afin que l’immigration devienne un véritable enjeu syndical ;
-  pousser les Nations unies à se saisir de la question des migrations internationales ;
-  surveiller et dénoncer les travaux de l’organisation mondiale du commerce, en particulier sur l’accord général sur le commerce et les services (mode 4) ;
-  utiliser les outils juridiques pour promouvoir l’égalité des droits et davantage mobiliser les textes internationaux ;
-  mettre en place un réseau européen d’échange, de concertation et de mobilisation sur les questions d’immigration et d’asile.






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- LABOUR
- MIGRANTS
- MIGRATION POLICY
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPE
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN