[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against racism, xenophobia and exclusion //

Discriminations et stigmatisations des Rroms migrants : témoignages et perspectives de luttes [fr]
30 January 2004

 

Les principaux thèmes abordés

Les Rroms témoignent et informent sur les discriminations et les stigmatisations qu’ils subissent dans leurs pays d’origine comme dans les pays d’immigration. Avec le soutien de comités locaux et d’associations nationales réunis dans le collectif Rom Europe, ils comptent mettre en avant les perspectives d’actions pour que les droits fondamentaux leur soient reconnus sur les plans du séjour, du travail, de la santé, du logement, de la scolarisation,...

Dans l’Europe en construction, la place des Rroms sera celle qu’ils se choisiront dans le respect du droit d’installation et la libre circulation.Des projets d’intégration doivent se développer un peu partout en Europe afin d’en finir avec l’errance permanente, les expulsions, la répression policière que subissent les roms au quotidien. Pour en finir avec la relégation de milliers de personnes victimes de préjugés racistes, il faudra au niveau européen favoriser le développement des projets et la mise en valeur d’identités culturelles fortes.

Témoigner, mettre en perspectives les actions et construire des alternatives seront les étapes de ce séminaire qui sera lui-même une étape dans cette lutte des roms pour leur dignité. La scolarisation est un exemple parlant des motivations des roms.Les expériences italiennes et françaises, relayées par d’autres situations en Europe serviront de base de travail autant pour les alternatives à construire que pour les actions à mener.

Rroms : les parias de l’Europe ?

Après l’indifférence et l’attitude de pourrissement du précédent gouvernement vis-à-vis des quelques 5 000 rroms roumains présents en France, la droite revenue au pouvoir en 2002 a annoncé par son très médiatique ministre de l’Intérieur une stratégie plus frontale : faire disparaître les terrains occupés, comme ceux de Choisy, et renvoyer ces indésirables dans leur pays.

Sous couvert de lutter avec « humanité » contre les bidonvilles et les réseaux de clandestins, c’est mis en branle en région parisienne comme dans le reste du pays, une chasse systématique de ces familles coupables idéales de ces nouveaux délits posés par la loi dite de sécurité intérieure : mendicité, sans papiers, squat, stationnements de caravanes, prostitution,….

Les procédures d’évacuation des terrains occupées par des Rroms roumains ont été accélérées, surtout les plus visibles, ceux dont médias ont parlé. A grand renfort de forces de l’ordre et de communiqués de presse, au petit matin, dès 6 heures, ces lieux de vie étaient envahis par des hordes violentes, brisant les entrées précaires des résidents, arrêtant hommes, femmes et enfants, tout en écartant sans ménagement les quelques militants des comités de soutiens et autres éventuels témoins.

La Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme, avec la LDH, et Médecins du Monde ont alors décidé d’aller retrouver en Roumanie ces familles expulsées pour connaître et apprécier leur conditions de retour.

Le résultat de cette mission d’enquête est affligeant devant tant de moyens mobilisés à des fins inutiles et au mépris total des situations individuelles. L’analyse précise des faits démontre comment cette politique bâclée, inique et arbitraire est en plus inefficace sur des ressortissants d’un pays qui dans 36 mois intègrera l’Union Européenne.

D’abord, les effets d’annonce : la politique mise en œuvre a plus consisté à disperser les familles devenues trop voyantes que de procéder à des renvois au pays. Sur l’Ile de France, pour 1 500 expulsions de terrains, nous avons recensé qu’une trentaine de renvoi en Roumanie. Pour les autres, la scolarisation des enfants, déjà obtenue de haute lutte, a été souvent déstabilisée, les projets d’insertion anéantis comme les efforts de prévention sanitaire et les conditions de séjour devenues encore plus précaires.

Il n’y avait là que de la poudre aux yeux pour les français et de la misère pour les rroms. Ensuite, après déjà les nombreuses procédures annulées pour vice de forme par la justice française, nous avons encore relevé qu’un nombre important de personnes expulsées l’a été dans des conditions indignes au niveau humain mais aussi douteuses en terme de respect des procédures légales. La fin semble avoir dominé les moyens, tous ont été bons pour essayer de faire partir les rroms. Enfin, leur vie de rapatriés en Roumanie est celle de personnes appauvries, ayant perdu les quelques ressources envoyées de France qui faisaient vivre leur groupe familial. Ils sont tous sans travail, surtout dans les zones rurales.

Les emplois réservés aux Rroms annoncés depuis début 2003 n’existent que sur le papier et dans le discours des officiels, ces familles survivent donc comme elles le peuvent. Sans argent, encore plus dans un pays rongé par la corruption, manger à sa faim, envoyer ses enfants à l’école, se faire soigner deviennent des souvenirs, …de la France.

Les autorités roumaines déjà impuissantes face à la crise profonde que vit le pays dans sa transition vers une économie de marché, est peu encline à défendre ces ressortissants issus d’une minorité de deux millions d’âmes, passée de l’esclavage jusqu’en 1856 au servage puis soumise aux régimes communistes tombés avec Ceaucescu en 1989.

Considérés comme incapable de travailler, d’être discipliné, ces rroms vivent le rejet quotidien. Les conclusions de cette mission sont donc accablantes pour tous les pouvoirs publics de France comme de Roumanie. Quand, en raison de son origine, une catégorie de personnes voit ses droits les plus élémentaires bafoués, son image stigmatisée, jugée a priori coupable par essence, voire par naissance, déclarée inapte au travail, ne convient-il d’appeler cela du racisme ?

Ce qui nous a aussi le plus marqué est le profond mépris envers les rroms dont nous ont fait part tous nos interlocuteurs, très rares étaient les mots de compréhension, d’explication, absents ceux de respect et d’égalité. Il nous revient de faire changer ces regards, ce rapport, l’exposition qui l’accompagne sont là comme témoignage d’une autre réalité, celle qui prend le temps de l’objectivité. Il est temps pour les roms qu’ils retrouvent leur dignité et leurs droits de citoyens.






 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
- ARCI
- ASAV
- ATD Quart monde
- Collectif RRom Europe
- Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD)
- Comités de soutien aux familles rroms
- Fédération internationale des ligues des Droits de l’homme (FIDH)
- Ligue des Droits de l’Homme (LDH)
- Médecins du monde (MDM)
- Mouvement contre le racisme et l’antisémitisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP)
- Petites Soeurs de Jésus
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- DISCRIMINATION
- MIGRATION POLICY
- RROMS
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPE
- FRANCE
- ROMANIA
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN