FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - S’engager au quotidien pour une autre économie : expériences d’économie sociale et solidaire
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against the logic of profit //

S’engager au quotidien pour une autre économie : expériences d’économie sociale et solidaire [fr]
8 March 2004

En quoi l’économie solidaire est-elle différente ? En quoi la participation des mouvements de l’économie solidaire au mouvement altermondialiste peut-il être efficace ?



 

PRESENTATION

Dans le secteur de la finance sociale et solidaire, les initiatives sont aussi nombreuses que diverses, elles sont présentes sur tous les continents et ont adopté différentes formes : coopératives de crédit, organisations de micro finance, capital risque solidaire, ONG, banques sociales, éthiques... Elles répondent à de nombreux besoins. Des partenariats, des fédérations se créent.

Elles sont nationales, régionales ou sectorielles. Un besoin croissant de coopération, de coordination se fait sentir, le temps est probablement venu de créer un véritable circuit de la finance solidaire mondiale. Cela contribuera à donner une identité et une légitimité au secteur de la finance sociale et solidaire au niveau mondial. La communication et la coopération renforceront la visibilité du secteur de la finance solidaire et seront bénéfiques à tous les acteurs.

Quelles sont les attentes des organisations de la finance sociale et solidaire ? Comment pouvons-nous concrètement organiser ce système ? Comment renforcer la coopération et la coordination des différentes familles d’acteurs ? Telles seront les questions posées au cours de ce séminaire.


1er thème: l’habitat associatif
Description
Une alternative à la gestion de l’habitat par les promoteurs et donc à la logique spéculative. Exemple de Genève devenue la capitale du squat : 200 immeubles occupés suite à des évacuations de locataires et à la hausse des prix. Cette situation a ouvert sur des perspectives sociales beaucoup plus larges. La structure coopérative créée compte aujourd’hui 35 millions de francs suisses de carnet de commande. L’objectif final est de valoriser le capital social par rapport au capital privé.

Mise en œuvre
Dans les années 80 : création d’une banque alternative suisse qui a aidé à mener les projets d’achats d’immeubles, de construction et de rénovation. Une coopérative a été créée, destinée à promouvoir l’action associative pour le logement : la coopérative loue l’immeuble aux locataires qui le cogèrent. Dans les cas de rénovation, un compromis est trouvé entre les travaux à entreprendre et le loyer désiré. On a promu le "bail associatif", aujourd’hui entré dans la législation. On parle maintenant de "bail écologique", incitant une attitude responsable à l’égard de l’environnement, par exemple dans l’utilisation des matériaux de construction, dans l’emploi des transports, etc. Le projet Coquelicot complète la démarche par l’association avec d’autres coopératives et organismes associatifs. En 2004, on prévoit des rencontres à Genève pour la création d’une chambre de l’économie solidaire ayant pour fonction de mutualiser l’argent des retraites, les assurances maladies, etc.

Autres développements sur le même sujet
Existence d’une Amicale des locataires: plus large que les comités de locataires, elle défend les intérêts des locataires au niveau du bail et s’investit dans l’animation de quartier pour créer une véritable dynamique de quartier.

2e thème: les régies de quartier
Description
Association d’habitants pour l’amélioration de l’espace commun et le retissage du lien social fragilisé. Environ 250 structures en France (?)

Mise en œuvre
Création d’entreprises d’insertion. Chaque quartier développe les projets qui lui paraissent prioritaires. Il va s’associer à des bâilleurs, à des communes, etc. Le but étant de recréer le lien et les services à la population. Pour cela la régie va s’associer à toutes les forces vives des quartiers. Exemple de ce qui a été accompli en environ 10 ans à Châtelet en Wallonie: crêche, structure pour les sans-emplois, garderie, fêtes...

Les difficultés
Il est difficile pour l’économie solidaire de se positionner au quotidien. Il y a vraiment une logique participative mais il n’y a pas d’unanimité sur ce que doit vraiment être une économie solidaire. Le contexte de mondialisation rend difficiles les négociations et les initiatives. Il y a un fatalisme des exclus des cités, d’où tout un travail de conscientisation à faire: beaucoup d’habitants ont quelque chose à dire et à apporter pour le quartier et le vivre ensemble.

3e thème: économie solidaire du recyclage
Cas d’une entreprise pionnière en Belgique
(http://www.terre.be)
Description
A Liège et Charleroy. 280 travailleurs. 70 font partie du Conseil. Entreprises industrielles très professionnelles et très inventives. Travaille surtout avec le textile et le carton.

Mise en œuvre
Participation démocratique des employés à la vie de l’entreprise.
Ce sont des pionniers du recyclage et maintenant. Aujourd’hui même des multinationales investissent le secteur.
Exemple d’un projet de commerce équitable avec le Pérou: engagement dans l’amélioration des rapports Nord/Sud. Aussi un projet européen de monter une filière avec des personnes handicapées.

Difficultés et enjeux
Ils sont parfois accusés de concurrence déloyale par les entreprises traditionnelles alors que ce serait plutôt le contraire si l’on tient compte des exigences éthiques, en particulier la transparence, auxquelles ils se soumettent. Salvador privilégie le mot "choix" au mot alternative concernant le rapport de l’économie solidaire à l’économie traditionnelle: tout n’est pas mauvais dans celle-ci et il faut voir quels sont les ponts et les passerelles de l’une à l’autre. Il y aurait donc plutôt une politique de partenariat que d’entrisme. Il y a vraiment de vrais moyens pour impliquer les entreprises dans l’économie solidaire.

3e thème: la SARL Artisans du Liban
Description
Créée il y a 25 ans au Liban pour la production et la commercialisation des produits locaux: création d’emplois.

Mise en œuvre
Approche intégrée: une ONG s’occupe de la formation à la production, d’organiser l’accès au crédit des artisans, etc., et la SARL s’occupe de la commercialisation et de la production.
ADL a aussi mis en place un Centre de Design. Ses produits associent valeur marchande et non marchande (solidarité, culture, beauté, mémoire...).
Le but de la société est non lucratif mais elle fonctionne comme une société commerciale. D’ailleurs, le couplage entre l’associatif et le commercial permet de lancer des ponts entre les deux secteurs.

Difficultés
ADL est soumise aux mêmes lois que le commerce capitaliste traditionnel. Il faudrait une identification officielle des acteurs de l’économie solidaire afin de leur attribuer un label: question de la reconnaissance fiscale, économique et politique de l’économie solidaire. Il est nécessaire d’identifier les partenaires de l’économie sociale et solidaire.
Il faut également travailler sur l’information, les médias. La notion d’économie solidaire est peu connue au Liban. On rêverait d’une CNN altermondialiste.

4e thème: le réseau d’économie solidaire Lilliput (Italie)
Description
Structure de liaison organisée au niveau local. L’idée de base est qu’il y a plusieurs styles de vie et de consommation et que l’on peut construire des formes alternatives de consommation et d’économie. Ils s’inscrivent contre "l’économie de guerre" telle que la conçoivent les USA. 10 % de la population du monde consomme 90% des ressources existantes: il faut changer ce rapport destructeur.

Mise en œuvre
Le projet part d’une situation particulière.
En Italie, certains secteurs forts pratiquent déjà l’économie solidaire. On compte environ 300 magasins de commerce équitable. Environ 25% de la population choisit un produit issu de l’économie solidaire.
Il est important de démarrer du local pour se relier au réseau d’économie solidaire. Le projet repose donc sur la construction de structures locales. La priorité est donnée à la production et à la consommation liées aux territoires où les acteurs interviennent.
Les décisions sont prises sur la base de méthodes de participation démocratiques.
On dit comme à Porto Alegre : "Un autre monde est possible". Mais on se rend compte que c’est bien plus que ça: il faut ajouter "un autre monde se construit".

Il ne suffit pas seulement de consommer équitablement mais aussi de relier les actions équitables entre elles et avec toutes les initiatives qui vont dans le sens d’une autre économie.

5e thème: le REAS (Red de economía alternativa y solidaria, Espagne)
Description
En Espagne, REAS est un réseau qui promeut depuis 6 ans des initiatives d’économie solidaire fondées sur le compromis entre le local, le social et l’économie ; la valeur de l’emploi et du travail comme des moyens de générer des bénéfices économiques et sociaux et pas individuels ; sur l’importance de la participation de chacun ; l’importance de l’égalité, de la coopération et de la solidarité.

Mise en oeuvre
REAS estime que la pratique du commerce équitable se vide de son sens si elle n’est pas placée dans le contexte de l’économie solidaire. La proposition de REAS est donc de transformer l’entreprise marchande et pour ce faire le réseau lui même s’est transformé en entreprise, pour évaluer de façon directe s’il est possible à travers des actions quotidiennes de changer quelque chose dans le système actuel. Il s’agit d’une entité à haute vocation sociale qui au début n’a pas pour but de commercialiser.

6e thème : les coopératives
Exemple de l’expérience en région Rhône Alpes Structure d’appui à la création d’entreprises coopératives locales où ce sont les salariés qui gèrent et détiennent la majorité de la société. Elle a une fonction d’accompagnement: mise en place d’une système de solidarité (société de caution mutuelle), conseil auprès des dirigeants et des salariés.
Fait vivre les règles de la coopération: pas de plus-value (capital apporté = capital rendu), 1 vote = 1 voix, réserves impartageables...
Ces règles ne sont pas toujours évidentes. Il faut les confronter à la réalité économique.
Il n’y a pas de recette miracle, pas de bonne ou de mauvaise coopérative: ce qui importe c’est qu’il y ait un système pour rendre les gens maîtres de leur destin. La démocratie en entreprise n’est pas moins défendable qu’ailleurs. Les entreprises sont des sociétés de gens avant d’être des sociétés de capitaux.
Un des enjeux est de ne pas se laisser confisquer l’initiative économique.
L’entreprise est nécessaire pour accroître la portée et l’efficacité des mouvements sociaux.

Serons-nous capables de créer des systèmes globaux à même de coexister avec les autres instances?

PROPOSITIONS

- Créer des coopératives d’habitation pour répondre de manière concrète aux demandes de logements
- Associer d’autres acteurs de l’économie solidaire comme les banques alternatives4Se responsabiliser par rapport à l’environnement
- Créer des quartiers entiers fondés sur l’importance du logement, de la culture, de la production et de la consommation biologique
- Envisager la création de structures pour mutualiser l’argent des retraites et des assurances maladies.
- Créer des réseaux pour financer des projets immobiliers
- Créer des régies de quartier qui associent les habitants pour la constitution d’un bien commun
- Retisser le lien social auprès des populations fragilisées
- Valoriser la démocratie locale
- Travailler de manière directe avec les bases
- Créer des entreprises qui puissent impliquer dans leurs activités plusieurs corps de métiers
- Redonner un sens social à l’économie
- Reconquérir la citoyenneté des travailleurs
- Coopérer avec le Sud
- Créer des entreprises d’économie solidaire de production et de commercialisation des produits artisanaux
- Mettre en place des mécanismes d’accès aux marchés même lointains
- Investir dans des moyens de communication et d’information
- Développer des stratégies de mass-média
- Construire des formes d’économie alternative qui combinent plusieurs styles de consommation et de production
- Mettre en place un réseau de l’économie solidaire
- Construire un mouvement d’implication démocratique
- Expérimenter de manière directe la viabilité d’une entreprise d’économie solidaire
- Défendre les principes de consommation responsable, d’économie solidaire, de commerce équitable
- Remplacer le travail sectoriel par des actions plus transversales
- Demander aux pouvoirs publics d’avoir une reconnaissance sociale
- Accompagner des petites et moyennes entreprises pour se constituer en coopératives de salariés
- Opérer sur une dimension humaine et personnelle
- Faire entrer la démocratie dans l’entreprise

STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE

- Organiser des actions de squat
- Constituer des caisses collectives pour avoir droit aux baux
- Construire ou acheter des immeubles avec des crédits accordés par des banques alternatives
- Faire reconnaître le bail associatif dans les différentes législations européennes
- Mettre en place le bail écologique
- Inscrire les régies de quartiers dans une logique de proximité par rapport au territoire
- Créer des emplois de proximité, des espaces de vie conviviaux, de salle de travail pour les enfants, de boutiques pour vêtements
- Créer des structures pour informer les habitants, des centres de formation pour le jeunes sans qualification, des structures de réinsertion pour les femmes incarcérés, des systèmes de collecte et de tri des déchets
- Accueillir des personnes en situation précaire
- Favoriser une dynamique de participation aux prises de décision
- Favoriser le dialogue sur des thèmes sociaux d’actualité
- Financer des projets de formation ou de commerce équitable
- Créer des emplois en milieu rural4Faire reconnaître des labels
- Définir une fiscalité particulière pour les entreprises de l’économie solidaire
- Créer une sorte de CNN altermondialiste
- Inscrire le projet dans la cadre local
- Faire alliance entre les différents projets locaux d’économie solidaire
- Rédiger une charte d’entente
- Impliquer les autorités administratives locales
- Vendre des produits bio
- Créer des structures de finances étiques
- Favoriser la coopération Nord-Sud
- Distribuer des produits équitables
- Elaborer des étiquettes sociales pour les entités de l’économie solidaire
- Bénéficier d’une fiscalité positive au niveau européen pas seulement local
- Demander aux consommateurs de consommer des produits et services issus de l’économie solidaire
- Placer les hommes et les femmes au centre des processus de décision






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
- Associazione Bottegue del Mondo
- ATTAC France
- Confédération Européenne des Coopératives de Production (CECOP)
- CTM altermercado
- European Social Cooperative (ESCOOP)
- Mouvement pour une économie sociale (MES)
- Réseau de l’économie alternative (REAS)
- Rete di Lilliput
- Roba dell’Altro Mondo
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- SOCIAL AND REDISTRIBUTIVE ECONOMY
- FINANCE
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- FRANCE
- ITALY
- SWITZERLAND
- BELGIUM
- LEBANON
- SPAIN
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN