FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - L’agriculture paysanne, pour une approche globale de l’agriculture
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against the logic of profit //

L’agriculture paysanne, pour une approche globale de l’agriculture [fr]
11 December 2003

Plus que jamais, il convient de repenser les fonctions de l’ agriculture dans la société. Il faut redonner aux actifs agricoles leur rôle social, économique et écologique, afin de considérer la production agricole dans sa globalité. L’ agriculture paysanne a l’ ambition de répondre à cet objectif. L’ agriculture paysanne est une alternative à l’ agriculture dite d’ entreprise dont le but est de réaliser un maximum de profit, ce qui entraîne la concentration des exploitations et la disparition des paysans. L’ agriculture paysanne est au service de la société par la production de biens marchants en m^me temps que des biens non marchands, en valorisant essentiellement les ressources du territoire et le travail des paysans.



 

L’ agriculture paysanne passe par deux conditions :

- La conscience des paysans de son fondement, leur volonté et leur responsabilité à sa mise en œuvre,
- Le cadre politique qui, au lieu de favoriser l’ industrialisation, la concentration et le marchandisage de l’ agriculture, doit soutenir une agriculture durable et solidaire par une Politique Agricole Commune qui inscrit la souveraineté alimentaire dans une constitution européenne plus sociale et sociétale qu’ économique.

Cela passe par :
- Des prix agricole rémunérateurs pour assurer un bon revenu des paysans, condition indispensable à leur capacité à répondre à la demande de la société, et des politiques sociales pour le maintien et la création d’emplois et d’ activités en milieu rural, notamment dans les zones les plus difficiles.
- Des politiques pour préserver les ressources environnementales et produire des aliments sains pour tous.

Propositions alternatives

L’agriculture paysanne doit répondre à l’ensemble des besoins de la société : besoin alimentaire, d’animation du milieu rural, préservation des paysages, du cadre de vie, gestion du territoire, qualité et diversité du milieu naturel. Elle a par conséquent une dimension sociale, économique , environnementale et elle doit respecter le consommateur ; elle est régie par de grands principes indissociables les uns des autres :
- Répartir les volumes de production... ;
- Etre solidaire des paysans des autre régions du monde ;
- respecter la nature ;
- Valoriser les ressources abondantes et économiser les ressources rares ;
- Rechercher la transparence dans les actes d’ achat, de production, de transformation et de vente des produit agricoles ;
- Assurer la bonne qualité gustative et sanitaire des produits ;
- Viser le maximum d’ autonomie dans le fonctionnement des exploitations agricoles ;
- Rechercher des partenariats avec d’autres acteurs du monde rural ;
- Maintenir la diversité des populations animales et les variétés végétales cultivées ;
- Raisonner toujours à long terme et de manière globale.

Mise en oeuvre

La constitution Européenne, en discussion en 2004, doit introduire la souveraineté alimentaire comme un droit fondamental des peuples.

Une PAC durable et solidaire, axée sur le marché européen, est nécessaire. Pour communiquer avec le plus grand nombre de citoyens et de consommateurs et porter cette revendication devant les élus, plus de 200 organisations se sont regroupées en France, puis récemment au niveau européen, pour demander de changer l’orientation de la politique agricole commune en prenant l’ensemble des mesures suivantes, de manière indissociable :

- Détermination d’un prix correspondant au moins au coût de production moyen de l’ UE, rémunération du travail compris.
- Maîtrise des quantités produites en adéquation avec la demande intérieure.
- Arrêt des soutiens directs et indirects à l’exportation.
- Protection du marché vis à vis des importations...
- Mise en place d’une politique d’aménagement du territoire permettant une répartition équitable des productions entre les paysans et les régions.
- Mise en place de politiques pour préserver l’environnement et produire des aliments sains.

Une telle orientation de la PAC permettra alors à l’UE de nouvelles alliance internationales et de favoriser une renégociation de l’accord agricole de l’OMC.






 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
- ALLAIN Brigitte
>> All the speakers


THEMES
- AGRICULTURE
- COMMON AGRICULTURAL POLICY
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPE
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN