FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Tous les citoyens pour une Europe qui refuse la misère
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against neo-liberalism, against patriarchy //

Tous les citoyens pour une Europe qui refuse la misère [fr]
5 December 2003

On s’est interrogé sur la place laissée aux personnes très pauvres dans le courant altermondialiste. La question de fond était : quelle altermondialisation sommes-nous en train de construire si l’expérience et le vécu des plus pauvres et des plus exclus de nos sociétés ne sont pas pris en compte? Comment faire pour qu’ils le soient?



 

Dans cette perspective, ce sont des personnes qui ont vécu ou vivent encore dans la précarité qui ont préparé avec d’autres et joué les 3 scènes du théâtre-forum, formule choisie pour provoquer la participation du public et concrétiser le débat.

Celui-ci a été riche. De nombreux thèmes ont été évoqués, en particulier :
- a difficulté de dialoguer entre des personnes qui ont des préoccupations et des manières de s’exprimer différentes ;
- la volonté qu’il faut pour que la pensée et les propositions de ceux qui ont le moins d’aisance soient prises en compte ;
- le droit à un égal accès aux soins pour tous, même sans papiers ; et de manière plus générale le refus de droits “spécifiques” qui ne font que stigmatiser d’avantage les exclus
- le rôle de l’aide sociale dans le soutien aux familles en grande difficulté ;
- l’accès à l’emploi pour les chômeurs de longue durée non qualifiés et âgés de plus de 50 ans ;
- l’insuffisance des minima sociaux, le recours éventuel ou non à l’aide alimentaire ;
- les moyens d’action pour sensibiliser l’opinion publique aux injustices et lutter contre les inégalités ;
- la participation des plus pauvres à la démocratie, aux débats de société (comme le FSE), notamment place du vote ; leur accès à des responsabilités ;
- l’indivisibilité des droits humains, économiques, sociaux et culturels, civils et politiques ;
- rendre les droits fondamentaux justiciables et opposables : droit à des moyens convenables d’existence (en priorité grâce à un travail rémunéré), droit au logement, droit à la protection de la santé, droit à l’éducation, à la formation et à la culture, droit à une vie familiale, droit à une égale justice.

Propositions d’alternatives :

- Vouloir la participation des plus pauvres à la réflexion, aux prises de décisions pour les questions qui les concernent, mais aussi pour celles qui concernent l’ensemble de la société.
- Cesser de regarder les personnes très pauvres comme différentes ; changer nos perceptions sur elles et sur la misère qu’elles subissent.
- Vouloir avec les personnes en grande difficulté un vrai dialogue, de vraies rencontres, leur participation à la vie associative, pour rendre effectif le « vivre ensemble ».
- Ne pas accepter que l’on crée pour elles des droits au rabais : les mêmes droits pour tous.

Mise en œuvre des alternatives :

- Se battre pour l’effectivité de l’ensemble des droits fondamentaux de tous.
- En appeler à la responsabilité de tous, élus, responsables, acteurs sociaux, etc. pour lutter contre la misère.
- Créer une mobilisation citoyenne, un sursaut, en employant l’« appel aux citoyens » : chacun, là où il est, peut agir pour faire respecter les droits fondamentaux.
- Les quatre associations co-organisatrices ont distribué cet Appel et ont annoncé qu’elles continueront à réfléchir ensemble.






 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
- Amnesty International
- Association des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT)
- ATD Quart monde
- Barka
- Emmaüs France
- Emmaüs International
- Jeunesse quart monde
- Médecins du monde (MDM)
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- SOCIAL AND ECONOMIC RIGHTS
- POVERTY
- SOCIAL INSECURITY
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPE
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN