FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - L’Europe dans la mondialisation libérale. Rôle de l’Union européenne et responsabilité des Etats européens dans l’architecture des pouvoirs mondiaux
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against war //

L’Europe dans la mondialisation libérale. Rôle de l’Union européenne et responsabilité des Etats européens dans l’architecture des pouvoirs mondiaux [fr]
4 January 2004

 

Principaux thèmes

Plusieurs approches des relations internationales ont été discutées : sur leur forme et sur le fond.

1) Le multilatéralisme a plusieurs fois été jugé préférable pour protéger les pays du Sud, dont la sortie du marché mondial a été jugée impossible. Cela conduit à s’inquiéter, après l’échec de Cancun, des propositions de la commission européenne de négociations « plurilatérales », c’est à dire avec les seuls pays consentants. Ces différents points ont été controversés. La possibilité d’un multilatéralisme « progressiste » dans l’actuelle organisation du monde, avec le poids des pays dominants et des multinationales, a été mise en doute. De même il sera difficile de prendre de la distance pour les pays du sud. Certains ne voient d’issue que l’organisation d’une démocratie mondiale.

2) Il a été rappelé que l’Europe a porté le meilleur et le pire, que ne doivent pas être oubliés les guerres, le fascisme, les conquêtes coloniales. Il y a toutefois accord sur l’idée que face au modèle américain du libre-marché et de la protection sociale minime, qui s’appuie sur la force agressive des Etats-Unis, l’Europe doit opposer son propre modèle en partant de ce qui y a été conquis depuis la deuxième guerre mondiale. L’Europe est la seule entité géopolitique capable de peser aujourd’hui dans un sens différent des USA. Les autres pôles mondiaux potentiels (Chine, Inde, etc.) ne sont pas aujourd’hui en mesure de porter un contre-modèle. Accord aussi pour considérer que l’Europe actuelle ne joue pas ce rôle et ne peut le jouer tant qu’elle consacre ses forces à attaquer ses acquis.

3) S’agissant de la proposition de « constitution européenne » issue de la convention, quelques uns ont considéré qu’elle porte des améliorations par rapport aux traités aujourd’hui en vigueur et doit donc être adoptée. Le plus grand nombre considère au contraire que non seulement elle ne permet pas d’aller dans un sens différent de ce qui est son orientation présente, les améliorations étant de trop faible portée et les aggravations étant aussi présentes, mais que son adoption validerait le socle néo-libéral et anti-démocratique de l’actuelle construction européenne. Nous ne pouvons lutter pour un autre monde et accepter cela : ce serait la mort politique du mouvement altermondialiste.

Propositions

1) Selon les positions exprimées sur le premier point les propositions s’ordonnaient ainsi : renforcement des organisations internationales existantes BIT mais aussi OMC par exemple ; renforcement des organisations régionales, démocratisation de l’ONU ; organisation d’une démocratie mondiale : élection d’un parlement mondial. A été proposée aussi la construction d’une organisation mondiale du commerce équitable.

2) Lutter contre les coups portés au modèle social européen. Réaffirmer la nécessité de la redistribution sociale, des services publics, de la solidarité intergénérationnelle, de l’aide publique au développement des pays du Sud. Montrer que l’on peut financer sa généralisation : fermeture des paradis fiscaux, taxation des mouvements internationaux de capitaux et des firmes transnationales, annulation de la dette. Créer un fonds pour l’emploi destiné à lutter contre les inégalités accrues par l’élargissement de l’Union européenne.

3) Selon les positions par rapport à la « constitution » européenne : demander une amélioration des droits, la dissociation de la partie III ; réengager une discussion pour une constitution européenne selon un véritable processus constituant initié dans chacun des parlements nationaux.

Comment ?

Que les pays du Sud manient collectivement la menace de l’interruption du service de leur dette. Que le mouvement altermondialiste se renforce, se coordonne mieux au niveau mondial et européen et porte ces orientations. S’organiser, s’organiser, s’organiser.

P.-S. Fondation Copernic






 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
- SALESSE Yves
>> All the speakers


THEMES
- INTERNATIONAL POLICY
- EUROPEAN CONSTITUTION
- BUILDING OF EUROPE
- GLOBALISATION
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPEAN UNION
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN