FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Un agenda politique pour le développement de l’Union européenne
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against war //

Un agenda politique pour le développement de l’Union européenne [fr] | en
16 December 2003

L’issue de la conférence ministérielle de l’OMC à Cancun, implique d’importantes répercussions sur le fonctionnement et le débat politique autour des institutions financières mondiales. Ces répercussions vont bien au-delà du cas de l’OMC.



 

Lors des récentes conférences annuelles des institutions de Bretton Woods qui se sont tenues à Dubaï et dans les capitales des principaux pays en voie de développement ; les débats, et en particuliers ceux portant sur l’administration financière et les questions liées à la dette, montrent clairement les retombées impressionnantes de la conférence de Cancun sur la crise de la structure financière mondiale néolibérale.

La dimension politique a regagné de sa suprématie dans l’agenda international au détriment des questions économiques, financières et commerciales. Une suprématie qui est idéologiquement en parfaite opposition avec les idées néolibérales des vingt dernières années. Le programme néolibéral est finalement confronté à ses limites structurelles et par conséquent sa difficulté à se développer dans une structure actuelle multilatérale, et ce, en dépit de son influence encore très forte en pratique. En même temps, des économies émergentes du Sud, réclament une réforme radicale du processus décisionnel et de l’équilibre du pouvoir au sein du commerce mondial et des institutions financières.Un changement aussi spectaculaire est un défi autant pour les institutions mondiales que pour les mouvements sociaux.

Il est temps de dépasser le traditionnel dilemme réforme/abolition et de finalement contester la répartition des pouvoirs de la Banque Mondiale, du Fond Monétaire International et de l’Organisation Mondiale du Commerce, afin de créer un bouleversement sévère et faire en sorte que s’écroule cette approche néolibérale des relations internationales. A cet égard, le rôle de l’Union Européenne et ses relations avec les Etats-Unis seront cruciaux. Il est temps que s’opère un changement radical au niveau du corps décisionnel au sein de ces institutions innombrables et antidémocratiques.

Propositions alternatives

2004 est l’année du 60ème anniversaire de la création des institutions de Bretton Woods, c’est également durant cette période que débutera la campagne pour élire le nouveau président de la Banque Mondiale.

Il est temps d’établir la suprématie des lois internationales existantes sur les droits de l’homme, de l’environnement, du travail et des questions sociales, au détriment de la politique exercée par ces institutions. Cela permettra à d’autres organismes des Nations Unies spécialisés dans ces domaines, d’élargir leur champ d’action politique. Les pays de l’Union Européenne devraient libérer de la place au sein des conseils d’administrations de la Banque et du Fond afin de permettre l’entrée de pays en voie de développement.

La société civile devrait tenter de proposer un candidat du Sud à la présidence de la Banque Mondiale, au lieu d’un américain ou d’un européen. La dette extérieure envisagée dans une perspective politique pourrait représenter pour les pays du Sud une puissance unique afin de défier tous ensemble la répartition actuelle du pouvoir mondial.

La société civile devrait commencer à réclamer des réparations pour les préjudices causés dans le passé, élargissant ainsi le champ d’action politique des communautés dans les pays du Sud.

Mise en oeuvre

Le CRBM (Campagne pour la réforme de la Banque Mondiale) propose une campagne présidentielle mondiale menée par les mouvements sociaux, afin de dénoncer et de défier les structures antidémocratiques de la Banque Mondiale et du Fond Monétaire International l’année de leur 60ème anniversaire. Ainsi, chacun des mouvements dans le monde, lancera une campagne, afin de choisir symboliquement son candidat du Sud à la présidence de la Banque Mondiale.

Les mouvements présenteront également un programme électoral comprenant des changements draconiens au sein de la Banque.

Notamment : la fin de l’immunité pour les fonctionnaires de la Banque Mondiale, la totale transparence de l’institution, le droit à des compensations pour toutes les activités passées de la Banque Mondiale qui ont détruit l’environnement et la vie des communautés locales, le remaniement du conseil d’administration de la Banque afin d’accorder aux pays développés et en voie de développement, une représentation paritaire, l’adoption du principe de la gratuité, le droit de veto pour les communautés locales sur les propositions de programmes et les projets, l’approbation obligatoire de toute loi internationale applicable, la suppression de subventions pour les combustibles fossiles et la construction de barrages à grande échelle et pour finir l’annulation de toutes les dettes odieuses

P.-S. Campagna per la riforma della Banca mondiale (Coordinator), Italie






8 Forum messages

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
- TRICARICO Antonio
>> All the speakers


THEMES
- INTERNATIONAL LAW
- INTERNATIONAL FINANCIAL INSTITUTIONS
- BUILDING OF EUROPE
- WTO
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
- EUROPEAN UNION
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN