FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - La solidarité internationale contre la mondialisation de la misère
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against war //

La solidarité internationale contre la mondialisation de la misère [fr]
12 November 2003

Aujourd’hui, face à l’organisation et la réalité agissante d’énormes puissances économiques globales, à l’émergence d’un véritable “ apartheid mondial du profit ”, face aussi aux réponses violentes et guerrières données aux problèmes de la planète, je plaide pour que l’individualisme appartienne au passé, pour qu’au-delà du travail local fondamental de chacun, nous soyons appelés à construire une société civile internationale forte, unie, organisée, efficace, puisant dans la richesse du vécu, l’esprit de partage et l’engagement unique de solidarité de tous ses membres.



 

Indispensable, la Justice ; inutile, la coopération : même l’annulation de la dette reste inefficace si les règles du jeu restent les mêmes.

Essentielles, les actions de « pression morale », fondamentales les actions de proposition d’alternative, y compris le témoignage personnel et de groupe pour de nouveaux styles de vie et pour des consommations de justice.

Il y a maintenant plus de vingt ans avec la fin de l’apartheid en Afrique du Sud et la chute du « rideau de fer » à Berlin, s’effondraient deux des plus terribles barrières construites par l’homme contre l’homme. Nous avons tous en mémoire les espoirs de développement de sociétés plus justes, plus démocratiques et plus solidaires à travers le monde, qui accompagnèrent alors la disparition de ces deux murailles de souffrance au Nord et au Sud.

Malheureusement, depuis ces vingt années, et même si quelques-uns de ces espoirs ont été ça et là concrétisés, d’autres murs se sont construits, d’autres apartheids se sont installés, maintenant ou accentuant les égoïsmes, les injustices et les inégalités entre les peuples et les habitants de la planète :

- égoïsmes du profit financier, qui, de moyen, est devenu finalité et crédo dominant de l’économie mondialisée (sacrifiant parfois le présent et l’avenir de millions de personnes, comme l’a montré l’affrontement sur le dossier du coton au dernier sommet de l’OMC à Cancun) ;

- injustices flagrantes dans l’accès aux biens essentiels de la vie comme l’eau (près d’1,5 milliards de personnes n’ont aujourd’hui pas accès à l’eau potable sur la planète), l’alimentation, le droit à la santé, à l’éducation, au travail… ;

- inégalités de « valeur », voire négation de la personne humaine, dont témoignent à l’extrême les atrocités commises au Rwanda, en Bosnie ou en d’autres points de la planète, ou que reflètent aussi au quotidien les mesures discriminatoires subies dans nos pays d’Europe de l’Ouest par les migrants, les victimes de trafics humains, les sans abri, les sans papiers …

Peu à peu, sur les « classiques » - et toujours aussi criants - écarts entre le Nord et le Sud du monde, entre les pays dits « développés » et les autres, se superposent d’autres foyers d’exclusion et d’injustice dans le Nord, dans le Sud mais aussi à l’Est et à l’Ouest…

Aujourd’hui, de nouvelles « vagues » de pauvreté - de grande pauvreté - apparaissent à Tokyo, à Milan, à Londres, à Paris, à Moscou, à Bombay, à Buenos Aires, à Ouagadougou, touchant aussi des catégories de population que l’on pensait protégées.

Propositions alternatives

Nous devons essayer, ensemble, et avec d’autres, de faire vaciller cette mondialisation de la misère. C’est notre devoir et notre légitimité d’affronter ses causes globales et de participer à la construction d’alternatives à partir de notre vécu de terrain :

- pour refuser toute fatalité de l’exclusion ;
- pour faire de la solidarité la réponse fondamentale, inconditionnelle et efficace à ces situations,
- pour faire connaître les expériences des groupes Emmaüs, détenteurs d’une expérience unique dans le développement de modes de vie fondés sur le partage et le respect de l’autre. Aujourd’hui les 300 groupes du Mouvement présents sur les différents continents constituent aujourd’hui une force de parole et de proposition politique crédible à l’échelle internationale - même si elle reste modeste comparée à certaines organisations de la société civile…

Mise en oeuvre

Alors que les lobbies du pouvoir et de l’argent tissent des alliances pour s’assurer le contrôle des ressources de la planète, nous, les « petits de la Terre », sommes appelés à définir des stratégies différentes, à nouer de nouveaux liens, à rencontrer et à découvrir d’autres organisations qui mènent la même lutte que nous. Ensemble, nous pouvons provoquer les pouvoirs publics qui, pour faire face à la misère, on trouvé une solution simpliste : criminaliser et pénaliser les pauvres. Aujourd’hui vivre dans la misère est considéré comme un crime !






 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
No organisation for this doc
> All the organisations


SPEAKERS
- FIOR Renzo
>> All the speakers


THEMES
- INTERNATIONAL SOLIDARITY
- GLOBALISATION
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
No key-word for this doc
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN