[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
Memoria Viva // Paris 2003 Reports // Against war //

Refus de la guerre à l’humain : plantons une vraie paix ! [fr]
1 January 2004

 

Présentation de l’organisation et de l’atelier

Le « Vent dans les steppes » est d’essence ontologique, hors des clivages, des reçus culturels et des préjugés car seuls les actes comptent ; rallié à Mouvement de Vie fondé sur une dynamique de raison, à vocation spirituelle hors des voies hiérarchiques et dogmatiques religieuses, sectaires, idéologiques et hors de la philosophie car l’homme n’est pas une idée, ni le sujet ni la chose de quoi (forme abstraite) ou qui (individu ou groupe) que ce soit.

Par spirituel, il a été précisé qu’il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’une morale humaniste (qui contribuerait à plus d’humanité pour soulager l’inhumanité générale) mais ce qui réalise “la vocation existentielle de l’Humain“.

Il s’agit d’actes de création individuels et civiques avec des outils très simples : cœur et cerveau, ou dit autrement : la liberté et l’amour réfléchis, pour s’auto-fabriquer un état de nature exemplaire par la construction d’une noblesse d’Humain et, par l’auto-transformation obtenue, inspirer et réaliser dans les faits concrets un monde plus proche du Bonheur collectif terrestre qui marquera progressivement l’évolution vers une civilisation radicalement neuve.

Le fonctionnement de l’atelier reposait sur une plate-forme d’intérêt commun autogérée : il a été demandé que les apports et les attitudes tournent sur l’axe des qualités de cœur pour viser au Bien général, un dépassement personnel par les efforts et la conscience en éveil pour se sentir responsable d’une Utopie en marche, à partir de soi-même : le Bonheur terrestre à venir. Chacun concevant au fond de lui-même la signification d’avoir « une vertu d’humanité », point de liste ou de recette, de règle ou de méthode à suivre mais la confiance et la vigilance respectives.

Principaux thèmes du débat

Dès l’instant où est posé « le refus de la guerre à l’humain », il faut définir ce qu’est l’homme. La nature humaine est faite de dons qui le démarquent du monde animal : l’individualité, la parole qui est outil de la pensée, la liberté, l’amour et la créativité.

Deux notions sont développées :

- La liberté fondamentale a trait au Fond Humain, hors des contraintes, des impulsions primaires ou de la soumission à des penchants vers la négation de la vie ; elle naît d’un combat contre la peur et les préjugés, pour devenir liberté intérieure d’agir dans le sens du Bien commun.

Par contre, la somme des libertés et interdits artificiels édictés par un système d’ordre (religieux, idéologique, moral, culturels,…etc) est un esclavage consenti pour le prix d’une fausse sécurité qui intrônise les pouvoirs, les castes et les privilèges, grands maux du monde. Dès lors, la guerre repose sur le principe de la domination et de la spoliation de l’homme par l’homme.

- L’amour-sensible est voulu comme une stratégie individuelle, une tactique de raison, une “diplomatie“ de logique dont le fondement repose sur la conscience et la volonté de faire par/pour/avec son humanité profonde en plaçant l’homme au centre des préoccupations et des projets.

Deux sortes de calamités font le malheur planétaire, sans faire de rétrospectives des guerres :

- la barbarie visible dans les massacres sanglants déversés sur les écrans de télé ; la soif de pouvoir engrossée par l’orgueil, la haine, la méchanceté… dans un cercle de vengeance sans fin et le comble, parfois menée au nom des Droits de l’homme ou sous couvert d’aide humanitaire !

- La cruauté invisible qui tue lentement par les crimes quotidiens de l’économie d’exploitation et de confiscation de l’essentiel, les mensonges qui les servent, laissant des milliers dans la misère sociale, écologique,… ; qui tue par les amalgames faciles et les diverses atteintes à l’intégrité physique et spirituelle.

Il n’y a aucune guerre juste ni légitime et encore moins propre ! Les solutions et les exemples de paix sont peu diffusés car ils remettent en question tous les pouvoirs et, nous-mêmes. Ils sont la preuve qu’on peut résoudre les problèmes de l’homme et de la société autrement que par la violence, laquelle n’est jamais que le voile qui cache la culture de conditionnement par tout pouvoir, qu’il soit le fait d’une personne ou d’un groupe.

C’est pourquoi l’évolution intime doit être constante pour éviter de sombrer dans le refaçonnage d’une habitude ou d’une fatalité, donc d’un système encore. Pour planter une vraie paix, il faut beaucoup attendre de chacun de nous qui change son cœur et non d’une instruction extérieure. C’est dans ce sens qu’il est important de comprendre que le Bien universel est possible s’il est spirituel et libre.

Et la spiritualité émancipée va avec l’individualité pour une auto-recréation ; alors que les formes de religion-système instituée (ensemble d’obligations et de chantages pour les faire appliquer (des lois, des contrôles et des polices mentales auxquelles le système idéologique a emprunté ses constitutions)) asservissent la masse.

En ce début de XXIème sc., nous traversons une crise de civilisation qui nous renvoie à un questionnement vital : « quel être humain pour quelle société ? ». L’hyper-matérialisme et l’hyper-rationnalisme ne rendent pas heureux ; ils vont disparaître parce qu’ils nuisent à la vie ! Le Bien commun ne peut être qu’un équilibre entre matériel et spirituel.

Omettre l’un ou l’autre est nier l’intégrité humaine, faire la guerre à l’Humain. Cette phase de rupture de civilisation peut être bénéfique si nous quittons l’esprit d’assistanat pour une création collective et complémentaire dans la diversité des actes journaliers fondés sur l’amour et la liberté absolus.

Effectivement, une vraie justice sociale ne peut venir que sur la raison du cœur et de là proposer des pistes, des possibles pour rendre toujours plus juste, plus unis, de rendre plus heureux quoi ! En bref, notre résistance principale va contre toutes directions qui cultivent le non-être, le non-avoir, le mal-être, la mal-vivre,… tout une dynamique qui se résume dans la lutte contre le péché planétaire, avec ou sans la foi !

Propositions d’alternatives : « quoi faire » ?

Forte demande d’un grand Mouvement de conscientisation s’exprimant de diverses manières, mais sans oublier d’associer le matériel au spirituel ; nécessité de s’impliquer là où on est sans rien attendre des autres bien que l’union des forces est la bienvenue ; ne pas laisser des gouvernements ou des groupes de pression totalitaires décider du sort de la planète ; la banalisation et la fatalité entretenues sont des moyens d’immobiliser l’initiative ce pourquoi il faut chercher des informations dépassionnées.

Tout individu a un besoin de justice et de paix, et donc d’évolution. Aussi, il est intelligent de chercher le dialogue. Chaque combat pour « planter la paix » part forcément du respect de l’être Humain capable d’assumer sa vocation réelle d’être totalement libre et heureux. De là se dégagent toutes traverses qui empêchent l’épanouissement et l’éclosion d’un monde meilleur.

La responsabilité est collective dans la création de projets à l’échelle locale et/ou globale, pour une redistribution juste et équitable de toutes les richesses.

Mise en œuvre des alternatives

La liberté de s’associer, de faire avec, implique qu’il n’y a pas de liste de choses décidées en fin d’atelier et encore moins de déléguer à des autorités dites “compétentes“ pour mettre en place des politiques innovantes récupérant les idées des altermondialistes.

La liberté d’action à partir du Fond Humain est en nous et nul ne peut intimer l’ordre de faire ceci ou cela. La reprise en main de la vie est individuelle et collective, pour des actions de portée globale vers un autre monde, car chaque changement est déjà le prémisse d’un monde nouveau.

Voici seulement, quelques pistes du « comment faire » :

• Avec le « Vent dans les steppes » : Envoi de cartes postales porteuses de messages d’humanisation (3 cartes couleur pour 1 € ), ciblées vers des pays en guerre économique ou conventionnelle pour aider à entrer en réflexion ; envoi de courriers et pétitions aux ambassades en participant avec une pluralité d’associations pacifistes ; amener l’Onu à revenir à l’origine de certains conflits pour mettre tout à plat (ex. : Israël a été fondé sans consulter les pays arabes !) et voir comment les aider à s’entendre ensemble et regarder aussi ce qui ne va pas dans nos pays européens entrés en récession ; recouper les informations médiatisées en voyant dans la presse spécialisée neutre, la presse alternative et les études de type “universitaires“, faire des dossiers (objectif du zine « Etablir l’Equité ») et aussi avec notre bon sens pour démasquer les mensonges (qui deviennent de plus en plus criants) ; Etc.

• En solo où librement avec d’autres : s’intéresser aux problèmes de son immeuble, de son quartier pour résoudre les choses sans recourir à l’ordre établi et sans tomber dans le “citoyennisme“ qui est une sorte de soupape de sécurité d’un ordre sécuritaire en faillite ; Etc.






1 Message

 
article au format texte pour impression Print this article
ORGANISATIONS
- Le vent dans les steppes
> All the organisations


SPEAKERS
No key-word for this doc
>> All the speakers


THEMES
- PEACE
>> All the thematics


COUNTRIES/REGIONS
No key-word for this doc
>> All the countries/regions
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN