FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - Première réunion continentale du Forum social européen, 9 et 10 mars 2002
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
// Prep Process (EPA-AEP) // About Firenze 2002 // Brussels, March 2002


Première réunion continentale du Forum social européen, 9 et 10 mars 2002 [fr] | en | it
19 March 2002

 

Les débats ont été ouverts par une proposition du groupe de travail italien pour le FSE, établie par l’assemblée nationale du mouvement pour le forum social qui s’est tenue à Bologne les 2 et 3 mars. Le groupe de travail italien est ouvert à tous les mouvements sociaux qui, selon les principes de Porto Alegre, souhaitent prendre part à la préparation du FSE.

La proposition italienne était basée sur quatre questions clés à propos du processus de préparation.

Les débats ont abouti à trois types de contri-butions : a) accords et points à souligner b) b) nouvelles contributions dans l’esprit de la proposition c) c) contributions critiques (points à débattre)

Le rapport a intégré les contributions a) et b) et a proposé une nouvelle formulation des contributions c)

Le texte suivant est basé sur l’introduction et le rapport de la réunion ainsi que sur la méthode des quatre questions.

Première question : Qu’est ce que le Forum Social Européen ?

Le conseil international du FSM a proposé d’organiser des Forums Continentaux ou Régionaux pendant le second semestre 2002, avant Porto Alegre 3.

Le Forum Social Européen se tiendra en Italie, conformément à la décision prise à Porto Alegre par les mouvements sociaux européens. Durant ces dernières semaines, trois villes italiennes ont déclaré vouloir accueillir cet événement. Un groupe de contact technique italien travaille actuellement sur le sujet et une proposition sera faite avant le prochain meeting européen.

Lors de sa prochaine réunion fin avril, le Conseil International fera une déclaration, comprenant la liste officielle des forums continentaux et régionaux et quelques règles générales qui devront être suivies par tous. A Porto Alegre, les mouvements sociaux européens ont décidé d’organiser une première réunion avant celle du Conseil International. Cette décision a été prise pour deux raisons principales : tout d’abord, le temps passe vite et nous devons commencer à travailler le plus tôt possible. ensuite, nous voulons alimenter les débats du Conseil International de nos opinions.

Le FSE n’est pas une conférence ni le congrès d’un mouvement.

Le FSE, qui s’inscrit dans le processus du Forum Social Mondial, doit être un espace publique commun de dialogue, de débats et de propagation [d’idées].

Des cultures, langues et expériences diverses doivent se rejoindre et s’exprimer, dans un cadre de travail commun fourni par les principes de Porto Alegre. Le but est de prendre en compte d’autres expériences qui jusqu’ici n’ont pas pu s’inscrire dans le processus de Porto Alegre, bien qu’elles fassent partie du mouvement contre le néo-libéralisme.

Comme à Porto Alegre, le Forum européen doit offrir une vraie citoyenneté aux différents sujets (femmes, jeunes, travailleurs, étudiants, immigrés...), en impliquant plus particulièrement les exclus (sans-papiers, sans-abri, chô-meurs...), et aux différentes formes d’expression (non seulement les débats politiques mais aussi les évènements culturels, par exemple).

Une de nos priorités doit être d’inclure les pays de l’Est, ainsi que de dialoguer avec l’autre rive de la Méditerranée, avec une attention particulière pour le peuple palestinien. C’est la seule manière de parvenir à un vrai Forum européen.

Le cadre politique général du FSE est la lutte contre la guerre et le néo-libéralisme. Au niveau européen, l’ESF va être confrontée à trois aspects principaux : a) Le processus pour une Charte Sociale des Droits et de la Citoyenneté ; b) le processus de construction de l’UE (convention européenne et élargissement, constitution européenne, législation européenne - et plus particulièrement la loi anti-terroriste en tant qu’instrument contre les mouvements sociaux) et c) la responsabilité de l’Europe envers le monde.

Deuxième question : qui est responsable de la préparation du Forum Social Européen ?

C’est une question sensible. Dans le cas présent, nous ne pouvons pas nous contenter de suivre l’exemple du FSM. Nous devons, par la force des choses, trouver une autre solution.

Jusqu’à présent, Porto Alegre a été préparé par un Conseil International composé de ceux qui ont initié le processus avec l’adjonction - par cooptation - de particuliers, de représentants de mouvements et de réseaux et d’intellectuels.

Personne ne peut tenir ce rôle en Europe, car le Forum Européen n’est pas un début, mais le résultat d’un processus pré-existant issu de plusieurs éléments.

Néanmoins, nous avons besoin que quelqu’un assume la responsabilité d’organiser le FSE : les mouvements sociaux européens, à commencer par les signataires de l’Appel des Mouvements Sociaux de Porto Alegre 2002, ont la responsabilité d’engager, élargir et construire le processus de préparation, de manière globale et participative.

Le processus de préparation est ouvert au besoin aux autres forces et individus (intellectuels par exemple). Et bien sur, nous avons besoin de tous les membres européens du Conseil International.

Troisième question : comment les mouvements sociaux peuvent-ils s’organiser pour préparer le FSE ?

Si l’on regarde la réalité en face, il est impossible d’établir un Comité Préparatoire International constitué de représentants formels des mouvements au niveau national.

Dans de nombreux pays, il n’existe aucune coordination formelle entre les mouvements sociaux. Et de toute façon, le mouvement est un réseau, et nous devons en tenir compte - mieux, nous devons considérer le réseau comme un plus.

Pour le FSE, il existe un groupe de travail européen ouvert, auquel tout mouvement social intéressé peut prendre part simplement en y participant. Ce groupe de travail va fonctionner en sessions générales, qui seront tenues régulièrement dans différentes contrées d’Europe, afin d’impliquer autant que possible toutes les régions européennes.

La prochaine réunion aura lieu à Vienne (Autriche) les 11 et 12 mai, avec la tâche particulière d’inclure autant que possible les mouvements de l’Est dans le processus. Si possible, un meeting préparatoire séparé pour les mouvements d’Europe de l’Est se tiendra le 10 mai.

Le groupe de travail européen a décidé de créer trois groupes de travail spécifiques selon les thèmes, qui travailleront de manière ouverte et globale : 1) Programme et structure du FSE 2) Organisation (communication, finances, logistique, déplacement, traductions) 3) Construction et élargissement du réseau

Les trois groupes de travail ont démarré leurs activités au Forum de Bruxelles.

Pendant les jours qui suivront la réunion de Bruxelles, une mailing-list générale et des listes spécifiques seront établies, comme premier outil de communication entre Bruxelles et Vienne. Au cours de la prochaine réunion, les groupes de travail spécifiques devront présenter des propositions et des projets.

Dans chaque pays, des groupes de travail nationaux pour le FSE seront créés. Ils appor-teront leurs contributions et propositions aux groupes européens lors de la réunion de Vienne.

Quatrième question : un seul Forum ou trois ?

Il n’y a qu’un seul Forum et pas de forum séparé pour les autorités locales ou de forum parlementaire.

Au sein du forum, il y aura un espace de débats pour des sujets spécifiques, en tant qu’occasion concrète de discussion entre les mouvements sociaux, les représentants des autorités locales, les parlementaires et les représentants institutionnels.

En ce qui concerne la participation des partis politiques au processus préparatoire, les positions, propositions et opinions sont très diverses, de même que les situations de chaque pays. Il est nécessaire d’ouvrir un débat sur le sujet au niveau national et européen, afin de parvenir à une décision à la réunion de Vienne.

Rapport de Raffaella Bolini et Luciano Muhlbauer Groupe de travail italien du FSE

Traduction : Alice Castells, traductrice bénévole,






 
article au format texte pour impression Print this article
IN THE SAME SECTION

- First continental meeting for the European Social Forum, Brussels, 9-10th March 2002 (en) | en | fr | it
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN