FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum - AEP-EPA St Denis (12/2002) [FR]
[FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum]
Back to the frontpage
MALMÖ 2008 | ATHENA 2006 | LONDON 2004 | PARIS 2003 | FIRENZE 2002
FSE-ESF - Menu
Prep Process (EPA-AEP)
About ESF 2012
About Istanbul 2010
About Malmö 2008
About Athens 2006
About London 2004
About Paris 2003
About Firenze 2002

Europe on the move
European Conferences/Manifestations
Analysis/ statements for a better world

Social Forums in the World
World Social Forum
Southern Africa Social Forum (SASF)
South Asia Social Forum (SASF)
Mesopotamia Social Forum

European Social Forum Networks
Correos de los movimientos sociales
Public services
Charter // another Europe
Education

Memoria Viva
Tools and contents
Athens 2006 Reports
London 2004 Reports
Paris 2003 Reports
Other docs Paris 2003
Social Movements

FSE-ESF [ACCESS WORKSPACE]
NEW WORKSPACE
OPEN ESF HOMEPAGE

FSE-ESF [MAILING LIST]
ESF-FSE LISTS
- EUROPEAN LIST (fse-esf)
- FRENCH LIST (CIFs)
- ALL THE LISTS

FSE-ESF [SEARCH]
SEARCH IN THE SITE
ADVANCED RESEARCH
 
// Prep Process (EPA-AEP) // About Paris 2003


AEP-EPA St Denis (12/2002) [FR] [fr] | en | es | it | zh
20 March 2003

 

Forum Social Européen 2003

RENCONTRE DES 7 et 8 DECEMBRE 2002

Bourse du Travail SAINT-DENIS

Présents :

Séance du samedi matin 7 décembre

BILAN DU FSE 2002 à Florence

Le président de séance (Bernard Pinaud – CRID, Comité d’initiative français) accueille les participants à la première réunion de préparation du FSE 2003 qui se déroulera à PARIS - SAINT-DENIS. Il remercie chaleureusement le Comité Italien pour la qualité de l’organisation et du déroulement du FSE à Florence. Il parle au nom du Comité d’initiative français dont il lit l’appel.

Alexandra présente un bilan du Comité italien d’organisation du FSE 2002, soulignant notamment :

1- Le succès massif, avec une forte participation de jeunes, le climat positif, le mélange des cultures, opinions, nationalités. 2- Le refus partagé des politiques néolibérales et de la guerre, ainsi que l’exigence de nouveaux droits, dans une démarche d’autonomie par rapport à n’importe quel dessein politique. 3- L’unité, la radicalité (au sens de prendre à la racine), l’autonomie, dans un espace ouvert et de large écoute. 4- L’efficacité de la méthode inclusive

Des différents pays et des réseaux ou coordinations européens, 31 interventions se succéderont. Tous les intevenant(e)s ont salué la réussite du Forum à Florence et son organisation. Quelques souhaits, critiques ou appréciations parfois divergentes ont été émis, en vue de donner plus de force et de consistance au prochain forum. On peut notamment retenir les points suivants :

. l’élargissement réussi, mais non encore abouti (thèmes, régions et pays, forces sociales) . le manque de transversalité . les retombées positives du forum au plan des opinions publiques et qui constituent, par ailleurs, un levier fort de mobilisation pour les organisations qui se sont impliquées. . les possibilités nouvelles ouvertes pour élaborer des orientations ou des solutions alternatives . le récurrent problème de la place du politique et des partis politiques, et de leur rapport avec le mouvement social, dépendant de l’histoire et de la culture des différents pays, qui devrait être abordé plutôt sous la forme du dialogue . l’inadéquation des conditions du débat syndical . la place des femmes, leur sous-représentation parmi les conférenciers dans les conférences et les séminaires . la forte présence des jeunes, alors même que leur implication et leur représentation sont demeurées faibles . la qualité et la générosité de l’interprétariat, qu’il faudra encore améliorer

L’association Babel (association des interprètes du FSE), qui s’est organisée pour les besoins de la cause en 2 mois, avant le Forum de Florence a témoigné de son engagement et confirmé sa participation pour le Forum 2003 en produisant une charte qui sera diffusée auprès des organisations (déontologie et pré-requis) et en demandant à être associée dès l’amont aux réunions de travail pour acquérir plus d’efficacité.

Alexandra propose d’intégrer la substance de ces interventions pour faire du bilan préparé par le Comité italien, un bilan européen qui sera diffusé sur l’ensemble du réseau.

Séance du samedi après-midi 7 décembre

QUELLE ORGANISATION POUR PREPARER LE FSE 2003

Président de séance : Jean-Michel Joubier – CGT France, Comité d’initiative français

Sophie Zafari (FSU France, Comité d’initiative français) présente l’avant–projet de cadre de travail européen, fondé sur :

. L’élargissement et la pluralité géographique et des mouvements et réseaux, que devrait refléter un conseil d’orientation, structure ouverte, la plus représentative possible, et dont le rôle sera de prendre les grandes décisions concernant le programme, les thèmes, les intervenants et intervenantes. . La mise en place de comités d’initiative nationaux, de façon à faciliter les coordinations géographiques décentralisées. . La mise en place d’un secrétariat, placé sous la responsabilité du conseil d’orientation, chargé des tâches de préparation et d’organisation matérielle du FSE 2003.

Le débat qui suit porte principalement sur la proposition de cadre de travail.

Le cadre de travail

Sur le principe, la plupart des intervenant(e)s se sont accordés sur le souci d’ouverture, de diversité, de démocratie et de transparence.

Simultanément ont été exprimées des critiques ou des propositions alternatives ou nuancées, parfois en raison de malentendus, parfois en raison de désaccords avec ce qui a semblé être un cadre trop structuré, sinon fermé. Quelques interventions mettent en avant la crainte qu’une structure de type « conseil d’orientation » (peut-être à cause du terme utilisé ?) soit trop rigide ; le souhait exprimé par le comité français de veiller à la permanence de ses membres est parfois interprété comme une fermeture ; le nombre de cent est considéré par certain(e)s non comme une suggestion, mais comme un impératif. Les modalités de la prise de décision ont suscité quelques questions. D’autres interventions ont porté sur la mise en place de groupes de travail soit dès maintenant, soit au plus tôt, tant sur les thèmes, que sur l’organisation ; sur la non-pertinence, pour certains pays, d’organiser un comité national de coordination et sur l’intérêt d’encourager la mise en place de coordinations régionales ou locales. La diffusion et l’échange d’informations de façon large, en utilisant l’Internet, a fait l’objet de plusieurs demandes et propositions. D’autres encore se sont interrogés sur la proximité de deux forums (FSE 2003 et Forum social euro-méditerranée). La liaison avec des luttes a aussi été suggérée dans trois ou quatre interventions (G 8, luttes sociales, solidarités avec les travailleurs ou peuples en lutte). La mise en place d’un atelier juridique est proposée.

De nombreuses questions ne posent, en fait, pas de problème, car elles s’inscrivent dans la continuité de Florence. En revanche, la proposition initiale ne contenait pas d’indications sur les groupes de travail, sur la diffusion de l’information, sur la fréquence et les lieux de réunion de l’assemblée de préparation.

En conséquence, une nouvelle proposition sera élaborée en intégrant ces remarques et propositions, pour être présentée dimanche matin.

D’autre part, bien que la question n’ait pas été inscrite à l’ordre du jour, nombre d’intervenant(e)s ont souhaité intervenir aussi sur les thèmes qui pourraient être retenus pour le FSE 2003. Ce point sera inscrit à l’ordre du jour de la prochaine réunion (Bruxelles 8 et 9 février 2003).

Séance du dimanche 8 décembre

Décisions

Président de séance : Pierre BARGE (Ligue des Droits de l’Homme, France, Comité d’initiative français)

Bernard Cassen (ATTAC France, Comité d’initative français) précise que nous nous situons dans la suite de Porto Alegre, dont la charte sert de référence. Comme en Europe, sont organisés des forums sur tous les continents et sous continents. En Europe plus particulièrement, il reste encore beaucoup à faire pour élargir le mouvement géographiquement, thématiquement, socialement. Des efforts importants devront être faits pour assurer une plus grande participation des pays d’Europe centrale et de l’Est et des personnes les moins favorisées, tant pendant la phase préparatoire qu’au moment du forum proprement dit. Il faudra également porter une attention particulière à la présence de mouvements et d’organisations du pourtour méditerranéen et des autres continents, pour aborder notamment les relations entre l’Europe et le monde. Le FSE et le forum euro-méditerranée travailleront l’un avec l’autre.

Sophie Zafari (FSU, France, Comité d’initiative français) présente la nouvelle proposition formulée par le secrétariat d’organisation français. Ont été intégrés les amendements qui ne se contredisent pas. Ce nouveau schéma de travail (cf. texte FSE 2003 Paris – Saint-Denis : cadre de travail européen) vise aussi à lever les malentendus, à éviter les maladresses, à écarter les suspicions et à dégager un large accord politique sur le processus de préparation du FSE 2003, processus à mettre en place en s’appuyant sur l’expérience de Florence. Le texte est adopté après prise en compte des derniers amendements, qui apportent des précisions au cadre de travail.

En accord avec les camarades belges, la prochaine réunion aura lieu à Bruxelles les 8 (toute la journée) et 9 (matinée) février 2003.

Les autres réunions (2 ou 3), dont les dates seront à fixer d’un commun accord, auront lieu dans d’autres villes. Des propositions de candidatures sont parvenues au secrétariat : Berlin et Istanboul, ainsi que d’Europe du Nord, mais pas avant la fin mars 2003. Il est souhaité que d’autres réunions de l’assemblée européenne de préparation puissent se tenir aussi en Europe Centrale ou de l’Est.

Le débat permet de constater qu’un large accord se dégage sur la reformulation du cadre de travail, qui est adopté.

La question de la place des partis continue, néanmoins, de susciter des interrogations et des débats, dont chacun s’accorde à dire qu’ils sont moins dans la recherche d’une solution d’ensemble tranchée que dans l’élaboration de compromis négociés. L’accord est acquis, sans difficulté, sur la liberté de s’organiser comme on l’entend dans chaque pays, pour tenir compte de l’histoire et des spécificités nationales.

La question de la solidarité et des fonds de soutien devra être traitée dans la plus grande transparence et selon des modalités qui devront être précisées.

Afin de préparer au mieux la rencontre de Bruxelles, il est décidé de travailler aussi par échange internet. Des premiers éléments de bilan des groupes de travail du FSE 2002 seront fournis sur la liste des adresses électroniques de tous les mouvements et organisations qui ont participé à Florence, à laquelle s’ajoute les organisations nouvelles qui se sont inscrites pour le FSE 2003. En plus des informations sur l’activité du secrétariat d’organisation, seront diffusés des propositions et des points de vue pour la préparation de la rencontre de Bruxelles.

La fin de la réunion est consacrée à l’information sur les campagnes en cours ou en projet.

Forum social européen 2003 Paris - Saint-Denis

Cadre de travail européen

Le FSE 2003 sera le deuxième tenu sur le continent européen. Nous proposons, pour garantir son succès, de mettre en place un cadre de préparation le plus unitaire possible, permettant de rassembler tous les mouvements sociaux, tous les réseaux, associations et organisations se réclamant de la démarche, du projet et de la charte de principe du FSM.

Nous devrons nous adresser à tous les acteurs sociaux dans la plus grande diversité possible *.

Afin de construire un cadre de préparation le plus large et représentatif possible, tant au niveau de chaque pays qu’au niveau européen, il nous faut associer aussi bien les réseaux continentaux des divers mouvements et acteurs sociaux que les comités d’initiative locaux, régionaux et nationaux.

Nous proposons de mettre en place un cadre de travail s’efforçant de combiner représentativité, ouverture et efficacité tout en permettant des prises de décisions transparentes et démocratiques.

Le rôle de l’assemblée européenne de préparation est de prendre les grandes décisions concernant le programme, les thèmes en débat, les intervenantes et intervenants, etc. Elle doit refléter la diversité des acteurs : diversité des réseaux, des organisations, diversité des représentations par pays, notamment de ceux de l’Est et des Balkans, en assurant la présence de femmes dans les délégations. L’assemblée européenne de préparation est une structure ouverte, incorporant les entités de la société civile qui le souhaitent. Pour assurer l’efficacité de son travail, une certaine continuité dans la participation est souhaitable. Des groupes de travail européens seront mis en place par l’assemblée. Les frais de participation à ses réunions (voyages, hébergement) sont normalement pris en charge par les réseaux, collectifs ou organisations qui y délèguent des représentant-e-s. Nous proposons aussi la mise en place d’un fonds de solidarité pour favoriser la participation des organisations disposant de peu de moyens financiers, notamment des mouvements sociaux des pays de l’Est, des “ sans ”,… L’assemblée européenne de préparation se réunira trois ou quatre fois d’ici le FSE 2003. L’acquis de l’élargissement au niveau géographique construit lors de la préparation du FSE de Florence doit être poursuivi, notamment en organisant les prochaines réunions européennes dans d’autres zones de l’Europe.

Dans chaque pays, les différents mouvements s’organisent comme ils l’entendent, mais il est nécessaire que soit représentée à l’assemblée européenne de préparation, la diversité des réalités existant dans chacun d’entre eux. Pour cela, il semble important d’arriver chaque fois que possible à la création de comités nationaux et/ou régionaux d’initiative. Ces comités seront représentés à l’assemblée.

Le comité français d’initiative est constitué sur la base de l’appel unitaire (déclaration courte par l’ensemble des organisations françaises s’inscrivant dans cette démarche) ; il reste ouvert afin que les organisations non présentes au démarrage puissent s’associer ultérieurement au processus. Nous devons veiller à ce que tous les types d’acteurs soient contactés. La création de ce comité doit permettre de créer une dynamique locale, en favorisant la création de collectifs locaux. Ces collectifs participent au comité d’initiative national.

Le secrétariat d’organisation français sera chargé de l’ensemble des tâches de préparation, de coordination (notamment avec les municipalités) et d’organisation matérielle du FSE 2003. Il travaillera sous la responsabilité de l’assemblée européenne et en lien étroit avec le comité français. Les travaux et les décisions prises par le secrétariat seront communiqués sur la liste de diffusion européenne.

Il a été décidé de mettre en place une association française pour le financement du FSE 2003. Son seul rôle sera de recueillir les fonds et de les utiliser conformément aux décisions de l’assemblée européenne de préparation et du comité d’initiative français.

• Note • Exemple d’ acteurs sociaux à qui nous nous adressons : + syndicats + mouvements citoyens, d’éducation populaire et de développement local + associations de solidarité internationale + mouvements des “ sans ” et de lutte contre les exclusions + associations de défense des droits humains + associations environnementaliste + réseaux de l’économie solidaire et sociale + mouvements paysans + mouvements pour la paix + réseaux lesbiens-gays-bi-trans + médias alternatifs + mouvements de jeunes + réseaux féministes + mouvements de l’immigration et de solidarité avec les migrants + réseaux culturels + mouvements philosophiques et cultuels + associations et mouvements des gens du voyage + réseaux de chercheurs, universitaires… + campagnes de mobilisation citoyenne engagées au niveau européen

Cette liste n’est pas exhaustive, elle devra être complétée






 
article au format texte pour impression Print this article
IN THE SAME SECTION

- AEP-EPA St Denis (12/2002) [EN] (en) | en | es | fr | it | zh
- CIF (03/07/2003) (fr) | fr
FSE/ESF Forum social européen/European Social Forum
Website built with SPIP, free-software | Hosted by the RAS, Union and Organization Network | CONTACTS | WEBMASTER | FRONT |ADMIN